News

Un tribunal algérien condamne le frère de l’ancien président Bouteflika à une peine de prison

Publié le:

Le puissant frère cadet de feu le président algérien déchu Abdelaziz Bouteflika a été condamné mardi à deux ans de prison pour “entrave au cours de la justice”, a rapporté l’agence de presse officielle APS.

Le président Bouteflika a été contraint de démissionner face aux manifestations de masse contre sa candidature à un cinquième mandat en 2019 et est décédé en septembre à l’âge de 84 ans.

Son départ a été suivi d’une série de poursuites contre des membres supérieurs de son entourage, en particulier son frère Saïd, qui avait été considéré comme le véritable pouvoir derrière le trône après que le dirigeant de longue date eut subi un accident vasculaire cérébral en 2013.

Le parquet avait requis sept ans de prison pour Saïd, qui était inculpé avec d’autres anciens fonctionnaires pour “abus de pouvoir”, “incitation à la falsification de documents officiels”, “entrave à la justice” et “outrage au tribunal”.

Le principal accusé au procès de Dar El Beida, à l’est d’Alger, était l’ancien ministre de la justice Tayeb Louh.

Il a été condamné à six ans de prison tandis que le magnat Ali Haddad a été condamné à deux ans, a indiqué l’APS. Tous deux étaient proches de l’ancien président.

L’ex-inspecteur général du ministère de la justice Tayeb Belhachemi a également été condamné à deux ans de prison.

Le tribunal a acquitté six autres prévenus.

Saïd Bouteflika, 63 ans, a été arrêté en mai 2019 et condamné à 15 ans de prison pour « complot contre l’État et l’armée » pendant les derniers jours du règne de son frère.

Le 2 janvier, il a été acquitté de ces accusations par une cour d’appel militaire, mais a été remis à un tribunal civil pour être jugé pour corruption.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page