News

“L’idée n’est pas de faire le vide”

Publié le:

La France a commencé à retirer ses troupes de ses bases maliennes les plus septentrionales, dans le cadre de plans de réorganisation de ses forces déployées dans la région agitée du Sahel dans le cadre de “l’opération Barkhane”.

Les bases de l’armée française à Kidal, Tessalit et Tombouctou, dans le nord du pays, seront fermées d’ici la fin de l’année et remises à l’armée malienne.

Alors que le soutien aérien sera maintenu, les 5 100 soldats français actuellement au Sahel seront réduits à environ 3 000. Les forces spéciales européennes, déployées dans la task force Takuba, seront chargées de soutenir les militaires maliens au combat.

“L’idée n’est pas de créer un vide. L’idée est de laisser la responsabilité de ces zones à l’Etat malien”, a déclaré le général Etienne du Peyroux de la force française Barkhane. “Pour éviter le risque de s’enliser dans un conflit, nous avons besoin d’une réponse qui ne soit pas seulement militaire.”

>> La France réplique à l’affirmation qu’elle “abandonne” le Mali en retirant ses troupes

Après huit ans de guerre contre les militants djihadistes, des pans du territoire malien restent hors du contrôle des autorités.

Pour Hamidou Cissé du groupe des Patriotes du Mali, le moment est venu de tourner la page de l’intervention française qui a débuté en 2013.

“Après leur arrivée, nous pensions que nous aurions la paix”, a déclaré Cissé. “S’ils se retirent aujourd’hui, dans six mois ou un an, nous souffrirons, mais il vaut mieux souffrir que de rester à jamais entre leurs mains.”

Pour en savoir plus sur cette histoire, cliquez sur le lecteur vidéo ci-dessus.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page