HealthNews

Le mari d’une olympienne kenyane est arrêté pour son meurtre

Les autorités doivent encore s’engager à aider les femmes maltraitées à obtenir un traitement médical en temps opportun, à rechercher une protection dans des refuges ou même à accéder aux services de police et juridiques, a déclaré Mme Odhiambo, exhortant les hauts responsables à tenir régulièrement les institutions gouvernementales responsables des progrès qu’elles accomplissent.

« En fin de compte », a-t-elle déclaré, « la responsabilité légale incombe au gouvernement kenyan d’empêcher les meurtres, les viols, les coups et le harcèlement des femmes.

Abigail Arunga, qui écrit régulièrement sur la violence domestique et sexuelle en tant que chroniqueuse pour le principal journal kenyan, Daily Nation, a déclaré que la couverture médiatique doit également cesser de blâmer les femmes pour leur propre mort.

« Nous ne mourons pas parce que nous avons marché dans une ruelle sombre », a-t-elle déclaré. “Nous mourons parce qu’un homme nous a tués.” Mme Arunga a ajouté : « Nous devons présenter le problème non pas comme un problème de femme ou un problème de société. C’est un problème d’homme.

Vendredi, des milliers d’athlètes et d’entraîneurs kényans aux côtés des habitants de la ville d’Eldoret, dans l’ouest du Kenya, se sont joints à une procession en mémoire de Mme Tirop. Certains portait une bannière avec sa photo et un appel à « Mettre fin à la violence basée sur le genre ».

Le mari de Mme Tirop, Ibrahim Rotich, est détenu alors que les enquêtes se poursuivent et que son aptitude à subir son procès est évaluée. La police n’a donné aucun motif et il semble que Mme Tirop n’ait jamais déposé de plainte contre lui.

Samedi, à l’occasion de ce qui aurait dû être son 26e anniversaire, Mme Tirop a été inhumée dans un village du comté de Nandi, le long de la vallée du Rift. Des centaines de personnes en deuil, y compris des fonctionnaires et des coureurs célèbres, ont jeté des pétales de rose rouges et jaunes sur son cercueil blanc, certains pleurant à cause de la perte.

« Je me tiens ici parce que quelque chose doit être fait », a déclaré Violah Cheptoo Lagat, une athlète kenyane, lors des funérailles. «Nous mettons notre sœur au repos, mais nous sommes ici pour élever également la voix. Nous devons être entendues en tant que femmes. Nous avons besoin que les gens comprennent que nous ne sommes pas des outils. Nous ne sommes la propriété de personne.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page