HealthNews

Le Soudan secoué par les manifestations au milieu des avertissements d’un coup d’État

NAIROBI, Kenya — Des manifestants soudanais sont descendus dans les rues de la capitale lundi matin, injectant une autre note d’instabilité dans la transition fragile de la nation nord-africaine vers la démocratie.

Les manifestations surviennent environ un mois après que les autorités ont déclaré avoir déjoué une tentative de coup d’État par les fidèles du dictateur déchu Omar Hassan al-Bashir.

La possibilité d’un coup d’État réussi hante le gouvernement de transition du pays depuis 2019, lorsque M. al-Bashir a été renversé, et le Soudan a été secoué par les récentes manifestations.

Les manifestants sont généralement divisés selon deux lignes : ceux qui ont aidé à renverser M. al-Bashir après des manifestations de masse généralisées, et ceux qui soutiennent un gouvernement militaire.

Les relations entre les dirigeants du gouvernement de transition, composé de responsables civils et militaires, ont été tendues. Ces derniers jours, des manifestants pro-militaires ont exigé la dissolution du cabinet de transition, une mesure que de nombreux groupes pro-démocratie ont dénoncée comme ouvrant la voie à un coup d’État.

L’Association des professionnels soudanais, principal groupe politique pro-démocratique, a exhorté les gens à descendre dans la rue pour résister à ce qu’ils ont appelé un « coup d’État militaire ».

« La révolution est une révolution du peuple », a déclaré le groupe – composé d’organisations de médecins, d’ingénieurs et d’avocats – dans un article sur Facebook. « Le pouvoir et la richesse appartiennent au peuple. Non à un coup d’État militaire.

Alors que les manifestations s’intensifiaient lundi, NetBlocks, une organisation de surveillance d’Internet, a déclaré qu’il y avait eu une “perturbation importante” des services Internet affectant les téléphones portables et certaines lignes fixes dans le pays.

Les chaînes de télévision ont montré des images de manifestants brûlant des pneus dans les rues de Khartoum, la capitale, avec des panaches de fumée remplissant le ciel.

« Le peuple est plus fort », ont scandé des manifestants pro-démocratie alors que certains applaudissaient et que le cortège de manifestants s’agrandissait.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page