News

Les dirigeants mondiaux condamnent la tentative de coup d’État au Soudan

Les dirigeants mondiaux, dont le président français Emmanuel Macron, ont rapidement réagi à la nouvelle de la tentative de coup d’État de lundi au Soudan et ont exigé la libération du Premier ministre Abdalla Hamdok.

« La France condamne catégoriquement la tentative de coup d’État en Soudan », a déclaré Macron. « J’exprime notre soutien à Soudandu gouvernement de transition et demandent la libération immédiate du Premier ministre et des dirigeants civils et le respect de leur intégrité.

Les propos de Macron ont été repris par les dirigeants des États-Unis, de l’Union européenne et des Nations Unies.

« Nous appelons les forces de sécurité à libérer immédiatement les personnes qu’elles ont détenues illégalement », a déclaré Josep Borrell, responsable de la politique étrangère de l’UE. « Les actions de l’armée représentent une trahison de la révolution, de la transition et des demandes légitimes du peuple soudanais pour la paix, la justice et le développement économique.

Ce sentiment de trahison était évident lorsque les manifestants sont descendus dans les rues de Khartoum, où il a été rapporté que les forces de sécurité avaient tiré des armes sur la foule. Il n’y a pas eu de confirmation immédiate de blessures. Des manifestations et des rassemblements de solidarité avec les réformateurs soudanais étaient prévus à l’étranger.

Le chef militaire Abdel Fattah al-Burhan, membre du conseil de transition négocié après la destitution du chef de longue date Omar al-Bashir en 2019, a déclaré que la décision de destituer Hamdok était enracinée dans des problèmes de sécurité. Le Soudan a connu plusieurs soulèvements et tentatives de coup d’État depuis les manifestations qui ont finalement conduit à la destitution de Bashir.

Les dirigeants soudanais se sont également déclarés préoccupés par le fait que les élections prévues pour 2022 dans le cadre de l’accord de transition seraient reportées à 2023. Nasr Al-Din Al-Bari, le ministre de la Justice, a déclaré que la seule issue à la crise politique soudanaise était « l’adhésion stricte et littérale au document constitutionnel et à sa mise en œuvre afin d’achever la transition vers un régime civil démocratique.

Image : dossier de l’Union africaine

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page