NewsSports

Les Marocains protestent contre les règles de vaccination de masse ; quelques escarmouches

Mercredi, des manifestants sont descendus dans les rues des villes marocaines, certains se heurtant à la police alors qu’ils dénonçaient la décision du pays d’exiger des laissez-passer de vaccination contre le coronavirus pour être autorisés à travailler et à entrer dans les lieux publics.

La décision est entrée en vigueur le 21 octobre et stipule que les Marocains doivent fournir une preuve de vaccination afin d’entrer sur leur lieu de travail. Dans un communiqué, le gouvernement a déclaré que les employeurs avaient « la responsabilité légale directe » de faire appliquer la décision.

Le pass est également nécessaire pour accéder aux services intérieurs tels que les restaurants et les banques ainsi que les voyages nationaux et internationaux.

Le royaume d’Afrique du Nord de 36 millions d’habitants a le taux de vaccination le plus élevé d’Afrique, avec plus de 50% de la population entièrement vaccinée. Plus tôt ce mois-ci, le gouvernement a également commencé à administrer des injections de rappel.

Mais les exigences abruptes et inhabituellement répandues en matière de vaccins ont également suscité une opposition et entraîné de grandes foules dans les centres de vaccination alors que les gens se précipitaient pour se faire vacciner.

Dans la capitale, des manifestants de Rabat se sont rassemblés devant le parlement et ont scandé des slogans contre la règle, arguant qu’elle va à l’encontre des droits humains fondamentaux et des libertés civiles. La police a formé une ligne pour empêcher les manifestants en colère de pénétrer à l’intérieur de l’Assemblée législative.

Quelques manifestants se sont affrontés avec la police alors qu’ils étaient repoussés dans l’avenue Mohammed V qui mène au bâtiment du parlement.

Parmi les manifestants figurait Nabila Mounib, députée et secrétaire générale du Parti socialiste unifié d’opposition. Elle a rejoint la manifestation après avoir été empêchée d’entrer dans le bâtiment du parlement pour s’être présentée sans carte de vaccination.

Des scènes similaires se sont déroulées dans d’autres villes marocaines, avec des dizaines de manifestants descendant dans les rues de la ville la plus peuplée du pays, Casablanca, ainsi que des hauts lieux touristiques de Marrakech et d’Agadir. Ils ont crié « Unis contre le col ! » alors que la police poussait et balançait des matraques sur certains des manifestants pour tenter de les disperser.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page