HealthNews

Les États-Unis restituent plus de 900 artefacts confisqués au Mali

Plus de 900 artefacts interceptés dans un envoi illégal ont été restitués au gouvernement du Mali, ont annoncé lundi des responsables américains. Les agents de la sécurité intérieure ont à l’origine confisqué les objets, qui comprenaient des objets cérémoniels et mortuaires, certains datant de la période néolithique, dans le port de Houston en 2009.

Les responsables ont décrit la découverte au port, qui est l’un des plus fréquentés du pays, comme l’équivalent de trouver une aiguille dans une botte de foin.

Mark Dawson, l’enquêteur qui a supervisé la perquisition, a déclaré lundi dans un communiqué que “les biens culturels et les antiquités d’une nation définissent qui ils sont en tant que peuple”. Il a ajouté : « Personne n’a le droit de piller ou de détruire ce patrimoine et cette histoire. » Les agents de la sécurité intérieure « cibleraient de manière agressive quiconque pille les trésors culturels inestimables d’une nation », selon le communiqué.

Le voyage des artefacts a commencé en mars 2009 lorsque les douanes et la protection des frontières des États-Unis ont alerté la branche d’enquête de la sécurité intérieure d’un conteneur suspect dans le port. Le conteneur est originaire du Mali avec des papiers affirmant qu’il contenait des reproductions d’objets culturels. Après inspection, les articles semblaient être authentiques. Susan McIntosh, anthropologue à l’Université Rice, a fait des recherches sur les antiquités et a publié un rapport plus tard dans l’année.

En 2011, les États-Unis ont entamé le processus de retour des artefacts au Mali, mais l’effort s’est interrompu lorsque le pays d’Afrique de l’Ouest est tombé dans une période de troubles civils et de tensions économiques, ont déclaré des responsables de la sécurité intérieure. En juin 2020, le Département d’État a accordé au Mali une subvention pour financer le retour des artefacts et leur éventuelle exposition là-bas.

« Nous accordons une grande attention à la culture », a déclaré Mohamed Traoré, conseiller à la Mission permanente du Mali auprès des Nations Unies, dans une interview. “Nous considérions ces objets comme faisant partie de notre histoire qui n’était plus présente.”

Traoré a déclaré que les autorités américaines avaient informé le gouvernement malien du retour des artefacts pillés cette année et que les négociations de rapatriement avaient alors repris. Il a expliqué que les artefacts, qui ont été remis aux diplomates aujourd’hui, seraient immédiatement renvoyés au Mali, où le ministère de la Culture du pays les évaluerait. Leur destination finale sera les musées, “dont le Musée national du Mali dans la capitale, Bamako”, a-t-il ajouté.

La réglementation malienne exige que toute personne cherchant à exporter des artefacts soumette les objets à la certification du Musée national. Depuis 2007, les États-Unis ont maintenu un accord avec le Mali pour protéger les biens culturels. Au cours de la dernière décennie, cependant, le pays a connu une augmentation du pillage de son patrimoine culturel par des organisations terroristes et des milices locales. Une série de coups d’État a également affaibli la capacité du gouvernement à faire appliquer la loi. Plus tôt cette année, des responsables militaires ont évincé les dirigeants civils par intérim du pays neuf mois seulement après le départ forcé du président précédent.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page