News

Les États-Unis saisissent les actifs de Jammeh alors que la Gambie prévoit de poursuivre l’ex-président

Des responsables aux États-Unis ont déclaré avoir achevé le processus de confiscation d’environ 3,5 millions de dollars de biens détenus par l’ancien dirigeant gambien Yahya Jammeh, et vont maintenant aller de l’avant pour restituer la valeur de ces actifs à la nation gambienne.

Le jugement définitif sur la propriété détenue par Jammeh dans la banlieue de Washington DC a été rendu plus tôt cette semaine, a déclaré le ministère américain de la Justice dans un communiqué. Il a été acquis via une fiducie créée par l’épouse de l’ancien président, Zineb Jammeh.

Cependant, le gouvernement américain a allégué que le manoir de plusieurs millions de dollars avait été acheté avec des pots-de-vin et des fonds publics volés, ce qui l’a soumis aux lois américaines sur la corruption et la confiscation.

“Jammeh a conspiré avec les membres de sa famille et ses proches collaborateurs pour utiliser une foule de sociétés écrans et de fiducies étrangères pour blanchir ses prétendus produits de corruption dans le monde entier”, a déclaré le déclaration dit.

«Avec cette entrée de jugement définitif, la propriété de cette propriété du Maryland a maintenant été confisquée aux États-Unis ainsi que tous les revenus locatifs générés par la propriété depuis le dépôt de la plainte modifiée en août 2020.»

Les États-Unis prévoient de vendre la maison et de s’assurer que le produit net “bénéficie au peuple gambien lésé par les actes de corruption et d’abus de pouvoir de l’ancien président Jammeh”.

Jammeh, à la tête d’un régime dictatorial dans ce pays d’Afrique de l’Ouest depuis 1994, a été contraint de quitter le pays en janvier 2017 après avoir refusé pendant des semaines d’honorer l’élection du président Adama Barrow, réélu l’année dernière. Jammeh reste en exil en Guinée équatoriale.

Le gouvernement gambien a annoncé son intention de poursuivre Jammeh plus tôt cette semaine pour son rôle présumé dans des dizaines d’exécutions extrajudiciaires et d’autres crimes contre le peuple gambien.

Image : Fichier GRTS

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page