HealthNews

132 civils tués par des attaques rebelles dans le centre du Mali, selon le gouvernement

BAMAKO, Mali – Les attaques des rebelles djihadistes au cours du week-end au Mali, pays d’Afrique de l’Ouest, ont tué 132 civils, a annoncé lundi le gouvernement.

Les meurtres ont eu lieu lorsque plusieurs villages près de Bankass, dans le centre du Mali, ont été attaqués, a indiqué le gouvernement dans un communiqué. Les attaques suggèrent que la violence islamiste extrémiste se propage du nord du Mali vers des zones plus centrales comme Bankass.

Trois jours de deuil national, à partir de mardi, ont été décrétés par le chef de la junte au pouvoir, le colonel Assimi Goita.

Dans un autre incident, un soldat de la paix des Nations Unies est décédé dimanche des suites de blessures subies après l’explosion d’un engin explosif, a indiqué la mission de l’ONU au Mali dans un communiqué.

Depuis le début de l’année, plusieurs centaines de civils ont trouvé la mort dans des attaques dans le centre et le nord du Mali. Les attaques ont été attribuées aux rebelles djihadistes ainsi qu’à l’armée malienne.

La mission de maintien de la paix de l’ONU au Mali a commencé en 2013, après que la France a mené une intervention militaire pour évincer les rebelles extrémistes qui avaient pris le contrôle des villes et des principales villes du nord du Mali l’année précédente.

La mission compte désormais environ 12 000 soldats au Mali et 2 000 policiers et autres officiers supplémentaires. Plus de 270 soldats de la paix sont morts au Mali, ce qui en fait la mission de maintien de la paix la plus meurtrière de l’ONU, selon des responsables.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page