News

Danièle Obono: tollé français sur la représentation par le magazine d’un homme politique noir comme esclave

L’article de Valeurs Actuelles, intitulé “Danièle Obono à l’ère de l’esclavage”, est un récit fictif du retour d’Obono en Afrique du 18e siècle, suscitant des critiques de la part de la classe politique française.

L’histoire contient des illustrations montrant le membre de gauche de l’Assemblée nationale avec des chaînes autour du cou. Obono, d’origine franco-gabonaise, s’est rendue sur Twitter vendredi pour exprimer sa consternation face à ce qu’elle a qualifié de «merde raciste». Obono a fait remarquer qu ‘”il semble que nous ne puissions plus rien dire”.

“Heureusement, nous pouvons encore écrire des trucs racistes dans un chiffon, illustrés par les images d’un député afro-français noir peint comme un esclave.” Ses remarques étaient accompagnées de l’image.

Valeurs Actuelles a d’abord répondu aux propos d’Obono sur Twitter, en disant: “Merde raciste? C’est une histoire fictive mettant en scène les horreurs de l’esclavage organisées par les Africains au 18ème siècle.”

S’adressant à la chaîne de télévision française BFMTV samedi, le rédacteur en chef adjoint du magazine, Tugdual Denis, a déclaré que le magazine avait compris “la charge symbolique” de l’image représentant Obono. Denis a déclaré qu’il avait «personnellement» présenté des excuses à Obono, en disant qu’il regrettait que «l’on puisse penser que nous sommes racistes». Denis a cependant défendu le but de l’histoire, affirmant qu’elle cherchait à montrer aux «destructeurs de l’histoire» qu’une traite négrière interafricaine existait en tandem avec celle européenne.

Obono s’est également entretenu samedi soir à BFMTV en disant que l’article avait “franchi une ligne” et était “une insulte à mes ancêtres” et “une insulte à la République”.

Le politicien a déclaré que l’image exprimait “la réalité” du racisme et de la stigmatisation “dont souffrent des millions de nos citoyens français”.

CNN a contacté Obono et Valeurs Actuelles pour obtenir leurs commentaires.

Des personnalités du spectre politique français ont réagi rapidement, critiquant le traitement des hommes politiques noirs français dans les médias.

Réaction des principaux politiciens

Lors de son entretien avec BFMTV, Obono a confirmé avoir reçu un message de soutien du président Emmanuel Macron.

Le Premier ministre Jean Castex a tweeté pour soutenir Obono en disant qu’il “partageait l’indignation du député Daniele Obono”. Castex a déclaré que l’article justifiait “une condamnation sans ambiguïté”, ajoutant que “la lutte contre le racisme, toujours, transcende toutes nos divisions”.

Cette manifestation de soutien a été reprise par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin qui dans un tweet a offert son soutien à Obono au nom des principes et valeurs de la république française qui doivent plus que jamais reposer au cœur de notre vie politique.

La critique de Valeurs Actuelles est également venue du président de la chambre basse de la France, l’Assemblée nationale, Richard Ferrand sur Twitter qui l’a qualifié de «déplorable représentation d’un parlementaire». Ferrand a également évoqué la lutte contre le racisme, affirmant qu’il offrait «tout mon soutien personnel et celui de l’Assemblée nationale face à cette abjection».

Ministre déléguée à l’égalité des sexes, à la diversité et à l’égalité des chances, Élisabeth Moreno a tweeté que si elle «ne partageait pas les idées de Mme Obono», elle lui a offert tout son soutien. Moreno a appelé le magazine à s’excuser, ajoutant que “le racisme était contraire aux valeurs républicaines”.

Le ministre français de la Justice Eric Dupond-Morett a fait remarquer sur Twitter que la loi française n’empêchait pas ce genre de publication, affirmant que “nous sommes libres d’écrire un roman nauséabond dans les limites fixées par la loi française”. Il a poursuivi “que nous sommes également libres de haïr [the novel]”, disant qu’il détestait lui-même et se tenait aux côtés d’Obono.

Tendance croissante des illustrations racistes

Valeurs Actuelles est un magazine hebdomadaire d’actualité connu pour sa position de droite. Des personnalités de tous les horizons politiques, notamment la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlene Schiappa, l’ancien Premier ministre Manuel Valls et même Macron, ont été interviewés par la publication. Un tête-à-tête exclusif avec Macron en octobre 2019 autour des thèmes de l’immigration et de l’identité.

Membre du propre parti de gauche d’Obono, France Insoumie, Alexis Corbière, qui a également été interviewé par le magazine, a tweeté que “les attaques d’une presse folle de haine contre ma collègue Danièle Obono sont insupportables”.

Valeurs Actuelles n’est pas le seul magazine français connu pour avoir publié des illustrations controversées d’hommes politiques français. Minute, un petit magazine de droite, a publié une caricature de l’ancienne ministre française de la Justice Christine Taubira en 2013, déclenchant un tollé. L’illustration montrait Taubira avec le corps d’un singe avec la couverture du numéro portant le titre «Taubira trouve sa banane». Après avoir porté plainte contre le magazine, Taubira s’est vu octroyer 10 000 euros de dommages et intérêts par la cour d’appel de Paris en 2015 pour “insulte à caractère racial” selon l’affilié de CNN BFMTV.

Au cours de son entretien avec BFMTV, Obono a confirmé qu’elle s’entretenait avec des conseillers juridiques sur l’opportunité de porter plainte contre le magazine. “J’envisage cela parce que bien qu’il soit présenté sous forme de fiction, il y a des éléments caractéristiques de l’insulte publique”, a-t-elle déclaré. Obono a ajouté qu’elle s’était engagée à «défendre les notions d’égalité» et à jouer un rôle dans la «lutte contre le racisme».

Le chef du parti politique d’Obono France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon n’a pas tardé à dénoncer dans un tweet le «harcèlement nauséabond» qu’Obono a subi aux mains de publications telles que Valeurs Actuelles, Marianne et Charlie Hebdo. Le magazine satirique Charlie Hebdo a répondu qu’en incluant leur titre dans son tweet, Mélenchon avait «jeté le journal de droite, Marianne et Charlie Hebdo dans le même panier raciste». Hebdo a poursuivi en disant que malgré Obono “refusant toujours de nous soutenir”, ils ne pouvaient s’empêcher d’exprimer leur “dégoût mais pas surprise concernant le vilain article de Valeurs Actuelles et la représentation raciste faite de Danièle Obono”

Le politologue français et professeur de politique française à l’University College London Philippe Marlière a tweeté samedi que la droite française est en partie responsable de “ce réalignement raciste de la politique française sous couvert de la défense des valeurs de la République”.

Lors de son entretien avec BFM, le rédacteur en chef adjoint Tugdual Denis a déclaré que Valeurs Actuelles “ne veut jamais choquer” ou “provoquer”. Denis a déclaré que Valuers Actuelles en tant que magazine “va là où les autres ne vont pas”, traitant des sujets délicats et souvent controversés. Selon Denis, ses lecteurs sont «frustrés» et «interpellés par les politiciens en France». Denis a déclaré que les lecteurs du magazine “trouvent en eux: des gens capables d’écrire sur des sujets délicats, angoissants et difficiles”.

Martin Goillandeau de CNN a contribué à ce rapport.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page