HealthNews

Un camion piégé en Somalie fait 3 morts et 3 blessés, dont un soldat américain

NAIROBI, Kenya – Trois officiers militaires somaliens ont été tués et deux autres blessés avec un membre du service américain dans un attentat à la bombe dans le sud de la Somalie lundi, ont déclaré les autorités, le dernier exemple d’une insurrection meurtrière qui a continué de faire des ravages dans la corne de la Somalie. Nation africaine.

Des responsables de l’État de Jubaland ont déclaré qu’une camionnette chargée d’explosifs avait explosé vers 8 heures du matin dans un avant-poste militaire de la région de Jana Abdalle dans la région du Bas-Juba, au sud de la Somalie. L’attaque est survenue quelques jours seulement après que les forces somaliennes, avec le soutien du personnel militaire américain, aient repris la zone du groupe terroriste somalien Al Shabab.

Les autorités ont déclaré que la zone, à environ 60 km de la ville portuaire de Kismayo, avait été utilisée par le groupe comme plaque tournante pour collecter des fonds en taxant et en extorquant les civils se déplaçant dans la région.

Ces dernières années, les Shabab, qui sont une branche du réseau terroriste d’Al-Qaïda et cherchent à renverser le gouvernement soutenu par l’Occident de la Somalie, ont perdu de nombreuses villes et villages qu’ils contrôlaient autrefois. Malgré un nombre record de frappes de drones, le groupe s’est transformé en une équipe plus agile et meurtrière, menant des attaques massives contre des cibles civiles et militaires à travers la Somalie et les pays voisins.

Aucun groupe n’a jusqu’à présent revendiqué la responsabilité de l’attaque de lundi, mais les médias pro-Shabab ont rapporté que le groupe extrémiste l’avait menée.

«Après leur défaite, nous nous attendions à des attaques comme celle-ci», a déclaré Mohamed Ahmed Sabrie, directeur des communications au bureau du président régional de Jubaland, lors d’un entretien téléphonique. «Mais rien ne nous empêchera de libérer davantage de zones du Shabab et d’assurer la sécurité de notre peuple. Nous ferons tout ce que nous pouvons. »

M. Sabrie a déclaré que les blessés avaient été transportés par avion à Kismayo pour y être soignés.

Le colonel Chris Karns, directeur des affaires publiques du Commandement des États-Unis pour l’Afrique, a déclaré dans un communiqué que les forces américaines aidaient les troupes somaliennes dans le cadre des efforts visant à réduire la portée et le mouvement des militants Shabab.

Le militaire blessé, a-t-il dit, était «dans un état stable et recevait des soins pour des blessures qui ne sont pas considérées comme mettant sa vie en danger». Au moins un combattant Shabab a été tué lors de l’attaque, a déclaré le US Africa Command.

Les récentes attaques des Shabab comprennent une attaque le mois dernier dans un hôtel populaire de la capitale somalienne, Mogadiscio, qui a fait 11 morts et 18 blessés. Cette attaque s’est produite quelques jours seulement après que 19 gardes et détenus ont été tués après que des membres de l’insurrection aient tenté de s’échapper de la prison centrale de Mogadiscio.

En juin, les Shabab ont attaqué une base militaire turque à Mogadiscio, et en janvier, le groupe a tué trois Américains après avoir pris pour cible une base militaire kényane utilisée comme avant-poste par les troupes américaines. Fin décembre, le groupe a été accusé d’avoir fait exploser un camion chargé d’explosifs qui a tué 82 personnes, dont 16 étudiants universitaires.

Les attaques incessantes ont coûté la vie à des centaines de personnes, y compris d’éminents journalistes, des défenseurs des droits, des politiciens, des chefs religieux et des entrepreneurs.

Pour affaiblir la présence du Shabab, les forces somaliennes travaillent aux côtés des troupes des opérations de maintien de la paix de l’Union africaine, qui comprennent des forces du Kenya, de Djibouti, du Burundi, de l’Ouganda et de l’Éthiopie. Il y a aussi environ 650 à 700 soldats américains en Somalie, pour la plupart des forces d’opérations spéciales, qui combattent les Shabab depuis de petits avant-postes aux côtés des troupes locales.

Hussein Mohamed a contribué au reportage de Mogadiscio, en Somalie.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page