News

Les médecins nigérians frappent à nouveau pour les avantages du coronavirus

Les agents de santé attendent de prélever un écouvillon sur un homme lors d’une campagne communautaire de dépistage du coronavirus COVID-19 à Lagos le 18 avril 2020. Le gouvernement de Lagos commence les tests et recherches communautaires, échantillonne des collections de cas éligibles alors qu’ils luttent pour contenir le COVID-19 pandémie de coronavirus alors que les cas augmentent au Nigéria au milieu du verrouillage. (Photo par Olukayode Jaiyeola / NurPhoto via Getty Images)

Les médecins résidents nigérians ont entamé leur deuxième grève de l’année au sujet des salaires et des conditions de travail au milieu de la propagation du nouveau coronavirus, a déclaré mardi le syndicat des médecins à Reuters.

La grève a commencé lundi et concerne 16 000 médecins résidents sur un total de 42 000 médecins dans le pays, a déclaré le Dr Aliyu Sokomba, président de l’Association nationale des médecins résidents.

«Il s’agit d’une grève indéfinie jusqu’à ce que les problèmes soient résolus», a-t-il déclaré, ajoutant que «tous les médecins résidents des centres COVID-19 ont rejoint la grève.»

Le Nigéria, la nation la plus peuplée d’Afrique, compte au total 55160 infections à coronavirus confirmées et 1061 décès.

Les médecins résidents sont des diplômés des facultés de médecine qui se forment en tant que spécialistes et ont joué un rôle essentiel dans les soins de santé de première ligne au Nigéria, car ils dominent les services d’urgence de ses hôpitaux.

Le groupe s’est mis en grève pour la dernière fois en juin, exigeant de meilleures prestations et plus d’équipement de protection pour lutter contre le coronavirus.

Ils réclament toujours, entre autres, une assurance-vie et une allocation de risque.

Dans un communiqué, le ministre du Travail Chris Ngige a appelé les médecins à suspendre la grève.

«Toutes les parties sont tenues de ne pas utiliser de méthodes de torsion des bras pour intimider ou imposer un état d’impuissance à l’autre partie», a-t-il déclaré.

Le communiqué indique que le gouvernement a dépensé 20 milliards de nairas (52,56 millions de dollars) en indemnités de risque pour les travailleurs de la santé en avril, mai et juin, et a répondu à la plupart des demandes des médecins.

Sokomba a déclaré que le syndicat prévoyait de rencontrer Ngige mercredi et espérait pouvoir résoudre les problèmes et mettre fin à la grève.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page