News

Des singes trafiqués de la RD Congo récupérés au Zimbabwe

Des gorilles de montagne de la famille Kabirizi sont assis dans le parc national des Virunga, juste au nord de la ville congolaise de Goma, le 19 août 2010. REUTERS / Finbarr O’Reilly / File Photo
Des gorilles de montagne de la famille Kabirizi sont assis dans le parc national des Virunga, juste au nord de la ville congolaise de Goma, le 19 août 2010. REUTERS / Finbarr O’Reilly / File Photo

Au moins 26 grands singes expulsés illégalement de la République démocratique du Congo ont été saisis au Zimbabwe, où quatre présumés trafiquants ont été arrêtés, ont annoncé vendredi les autorités des deux pays alors qu’elles envisageaient de rapatrier les primates.

Le ministre de l’Environnement de la RD Congo, Claude Nyamugabo Bazibuhe, a également annoncé une importante saisie d’écailles de pangolin dans le nord-est du pays.

La RDC est l’un des derniers refuges au monde pour les grands singes en voie de disparition, tels que les gorilles des plaines de l’Est et les gorilles des montagnes, tandis que le pangolin est considéré comme l’animal le plus trafiqué de la planète pour ses écailles qui sont prisées dans la médecine traditionnelle chinoise.

Deux ressortissants congolais, un Malawien et un Zambien ont été arrêtés mercredi lors d’un contrôle de routine aux frontières alors qu’ils entraient au Zimbabwe avec les singes dans un camion, a déclaré à l’AFP Tinashe Farawo, porte-parole de l’Autorité zimbabwéenne des parcs et de la faune (ZimParks).

Farawo a déclaré que les primates étaient pris en charge par des responsables zimbabwéens jusqu’à ce qu’ils puissent être renvoyés en RDC.

Nyamugabo Bazibuhe a déclaré dans un communiqué que 32 chimpanzés vivants avaient été récemment capturés dans la province du Haut-Katanga dans le sud-est de la RDC, à la frontière avec la Zambie.

Les trafiquants ont utilisé de faux documents pour les sortir de la RDC et étaient destinés à l’Afrique du Sud, a-t-il dit.

«L’enquête se poursuit… pour identifier exactement les spécimens» saisis au Zimbabwe «avant d’envisager leur rapatriement», a déclaré le ministre.

«Tous les grands singes (gorilles, bonobos et chimpanzés) et pangolins sont entièrement protégés», a-t-il ajouté.

Mercredi, 56 kilogrammes (125 livres) d’écailles de pangolin ont été récupérés dans une résidence privée alors qu’ils étaient en cours de préparation pour l’exportation, a annoncé le ministre de l’Environnement de la RDC.

Ils ont été prélevés dans la réserve naturelle de Garamba, à la frontière avec le Soudan du Sud et l’Ouganda.

Les échelles sont utilisées pour le traitement de diverses maladies telles que l’arthrite, les ulcères et les tumeurs, malgré un manque de preuves scientifiques.

Certains scientifiques pensent que les petits animaux sont l’hôte possible du nouveau coronavirus.

Ce sont les mammifères les plus trafiqués au monde et les saisies de leurs écailles ont été multipliées par dix entre 2014 et 2018, selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

Le monde a perdu plus des deux tiers de ses populations d’animaux sauvages en moins de 50 ans, principalement en raison de l’activité humaine, a déclaré jeudi le Fonds mondial pour la nature (WWF) dans un rapport percutant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page