News

La Côte d’Ivoire délocalise des éléphants pour sauver une population en baisse

Un éléphant sauvage est prêt à être transporté dans le cadre des opérations menées par les autorités pour capturer et relocaliser les éléphants sauvages qui ont bouleversé les communautés agricoles, à Guitry, Côte d’Ivoire le jeudi 10 septembre 2020. Un éléphant qui a été nommé Hamed par les habitants. dans la région sud de la Côte d’Ivoire a été capturé et transféré au zoo d’Abidjan alors qu’il attend un transfert dans un parc approprié, dans un effort pour sauver la population en déclin. (Photo AP)
Un éléphant sauvage est prêt à être transporté dans le cadre des opérations menées par les autorités pour capturer et relocaliser les éléphants sauvages qui ont bouleversé les communautés agricoles, à Guitry, en Côte d’Ivoire, le jeudi 10 septembre 2020 (AP Photo)

Un éléphant nommé Hamed par des habitants d’une région du sud de la Côte d’Ivoire a été capturé et transféré au zoo d’Abidjan alors qu’il attend son transfert dans un parc où les autorités espèrent qu’il aura à la place une compagnie non humaine.

Les autorités capturent et relocalisent les éléphants sauvages qui ont perturbé les communautés agricoles, dans le but de sauver la population en déclin d’animaux dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Hamed avait fait son chemin du parc national d’Azagny à la région de Guitry, où il a vécu pendant quelques années jusqu’à ce qu’il commence à détruire les terres des agriculteurs et à effrayer les habitants.

«Au début, comme tout éléphant, nous pensions qu’il était l’emblème de la Côte d’Ivoire et qu’il devait être honoré», a déclaré le résident Eric Serge. «Mais un moment est venu et il a commencé à être très agressif, et toute la population a commencé à s’inquiéter de sa présence.

Le colonel Jerome Ake, directeur général adjoint des forêts et de la faune du pays, a déclaré que l’éléphant irait «là où il n’y aura plus de nuisances».

Le chef de Guitry, Patrice Loua, a qualifié l’opération d’encourageante.

La Côte d’Ivoire abritait autrefois plus de 1 100 éléphants dans divers habitats. Aujourd’hui, les experts estiment qu’il n’en reste plus que 300, vivant en petits groupes ou isolés et vulnérables aux braconniers cherchant leurs défenses pour l’ivoire.

Le pays envisage d’adopter une loi pour préserver la population animale.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page