News

Plus de 50 prisonniers meurent de faim dans la prison de l’est du Congo

Cinquante-deux détenus d’une prison de Bunia, dans le nord-est du Congo, sont morts de faim cette année en raison d’un financement gouvernemental insuffisant, ont déclaré les Nations Unies et les autorités locales.

Les prisons de la République démocratique du Congo sont parmi les plus surpeuplées du monde, selon l’ONU, avec des détenus vivant dans des conditions sordides avec de maigres rations. La prison de Bunia fonctionne à près de 500% de sa capacité, selon les chiffres de l’ONU.

«Cette situation est vraiment préoccupante», a déclaré le maire de Bunia, Ferdinand Fimbo, accusant le soutien sporadique du gouvernement de la malnutrition dans la prison.

Le président Felix Tshisekdei a déclaré ce mois-ci à son cabinet qu’il veillerait personnellement à ce que les prisons du pays ne soient pas à court de nourriture ou de médicaments.

Mais le chef de la prison de Bunia, Camille Zonzi, a été cité dans un rapport de la force de maintien de la paix de l’ONU au Congo comme disant que le gouvernement n’avait encore promis lors d’une réunion que la semaine dernière de couvrir trois mois des dépenses de la prison.

La malnutrition est courante dans les prisons congolaises parce que les portions de nourriture sont attribuées en fonction de la capacité nominale des établissements, plutôt que de leur population réelle, selon Human Rights Watch (HRW), basé à New York.

Depuis janvier, les administrations pénitentiaires de tout le pays ont dû acheter de la nourriture et des fournitures essentielles à crédit, a déclaré Thomas Fessy, chercheur de HRW sur le Congo.

«Cette tragédie aurait pu être évitée», a déclaré Fessy. «Davantage de détenus mourront si le gouvernement n’agit pas et si les prisons ne reçoivent pas une assistance vitale.»

Le 4 septembre, une centaine de combattants rebelles lourdement armés appartenant à une milice ethnique sont entrés à Bunia et ont temporairement encerclé la prison, exigeant la libération de leurs camarades, mais Fimbo a déclaré que leurs demandes n’avaient rien à voir avec la situation alimentaire.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page