News

L’armée libyenne basée à l’est accepte de reprendre les exportations de pétrole sous conditions

Le chef du maréchal de l’armée nationale libyenne (ANL), Khalifa Haftar, quitte le ministère grec des Affaires étrangères après sa rencontre avec le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias à Athènes, en Grèce, le 17 janvier 2020 (photo de Panayotis Tzamaros / NurPhoto)

Khalifa Haftar, commandant de l’armée libyenne basée à l’est, a annoncé vendredi autoriser la reprise des exportations de pétrole sous conditions.

«Il a été décidé de reprendre la production et l’exportation de pétrole avec toutes les conditions nécessaires et les mesures procédurales qui garantissent une répartition équitable des revenus financiers, de ne pas les utiliser pour soutenir le terrorisme, ou de ne pas être soumis à des détournements de fonds», a déclaré Haftar dans une émission télévisée. discours.

«Nous tenons à améliorer les conditions de vie des gens», a-t-il déclaré.

L’armée basée à l’est bloque la production et les exportations de pétrole depuis environ huit mois, exigeant une répartition équitable des revenus pétroliers.

Selon la National Oil Corporation (NOC), appartenant à l’État, le pays a perdu près de 10 milliards de dollars américains à la suite du blocus pétrolier.

Le CNO a exprimé jeudi ses regrets d’avoir «utilisé le pétrole comme monnaie d’échange pour obtenir des gains politiques», soulignant que la levée de l’état de force majeure sur les champs pétrolifères et les ports est «liée à la transparence et aux accords de sécurité».

Depuis la chute du régime du défunt dirigeant Mouammar Kadhafi en 2011, le secteur pétrolier libyen souffre à cause des fermetures répétées et des attaques contre les installations pétrolières.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page