News

Les inondations touchent plus d’un million de personnes en Afrique de l’Est

PHOTO DE DOSSIER: Une voiture est coincée dans une inondation à Khartoum, au Soudan, le 9 août 2019. Les inondations soudaines causées par de fortes pluies ont tué au moins 46 personnes à travers le Soudan au cours des deux dernières semaines. (Photo par Omer Erdem / Agence Anadolu via Getty Images)
PHOTO DE DOSSIER: Une voiture est coincée dans une inondation à Khartoum, au Soudan, le 9 août 2019. Les inondations soudaines causées par de fortes pluies ont tué au moins 46 personnes à travers le Soudan au cours des deux dernières semaines. (Photo par Omer Erdem / Agence Anadolu via Getty Images)

Les inondations ont touché plus d’un million de personnes à travers l’Afrique de l’Est, une autre calamité menaçant la sécurité alimentaire en plus d’une épidémie historique de criquets et de la pandémie de coronavirus.

Le Nil a atteint son plus haut niveau en un demi-siècle sous de fortes pluies saisonnières, et de grandes parties du Soudan, de l’Éthiopie et du Soudan du Sud ont été submergées par les inquiétudes concernant le changement climatique.

Alors que les avertissements d’une nouvelle famine se multiplient au Soudan du Sud, les Nations Unies affirment que les inondations ont touché au moins un demi-million de personnes, dont beaucoup dans les zones de l’État de Jonglei qui ont connu des éruptions de violences intercommunautaires meurtrières cette année.

Les gens qui ont fui les combats s’accrochent maintenant à des positions précaires, certains empilant des barrières de boue autour de leurs maisons. «Ils sont exposés au paludisme, aux maladies d’origine hydrique et aux morsures de serpents alors que les eaux de crue submergent leurs maisons et leurs fermes», déclare l’association médicale Médecins sans frontières.

«Les gens sont vraiment très frustrés», a déclaré l’activiste local David Garang Goch à la mission de maintien de la paix de l’ONU à Bor, la capitale de l’État de Jonglei, alors qu’une vidéo publiée par la mission montrait des personnes transportant des biens dans des eaux parfois jusqu’aux genoux ou empilant des sacs de sable autour des entreprises.

Les inondations compliquent encore les efforts pour fournir une aide humanitaire dans un pays où plus de la moitié de la population – soit plus de 6 millions de personnes – aurait faim.

«Nous craignons que le pire ne soit encore à venir, avec le pic de la saison des inondations normalement en novembre et décembre», a déclaré le chef humanitaire de l’ONU Mark Lowcock au Conseil de sécurité de l’ONU cette semaine.

Médecins sans frontières, également connu sous son acronyme français MSF, a ouvert le mois dernier une clinique dans la ville de Pibor, au Soudan du Sud. L’équipe est déjà en train de construire davantage de défenses contre les inondations autour d’elle alors que «l’eau augmente à une vitesse alarmante», a déclaré Josh Rosenstein, coordinateur d’urgence là-bas, dans un communiqué.

Au Soudan, les inondations ont tué plus de 100 personnes cet été et inondé plus de 100000 maisons, menaçant même l’ancienne ville royale des rois koushites connue sous le nom d’île de Méroé, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO près de la capitale, Khartoum.

En Éthiopie, les responsables ont déclaré cette semaine que plus de 200 000 personnes avaient été déplacées, cinq des neuf régions du pays étant touchées et des évacuations en cours.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page