News

Les transactions mobiles du Kenya totalisent 4,4 milliards USD en août au milieu du COVID-19

Un employé utilise un téléphone mobile Nokia 1200 dans un magasin M-Pesa à Nairobi, au Kenya, le dimanche 14 avril 2013. Au cours des six années écoulées depuis que le Kenya M-Pesa a introduit la banque par téléphone en Afrique, le service est passé de une nouveauté pour un véritable réseau de paiement. Photographe: Trevor Snapp / Bloomberg via Getty Images
Un employé utilise un téléphone portable Nokia 1200 dans un magasin M-Pesa à Nairobi, au Kenya, le dimanche 14 avril 2013. Photographe: Trevor Snapp / Bloomberg via Getty Images

Le paiement mobile par les Kenyans a atteint un record de 474 milliards de shillings (4,4 milliards de dollars) en août, contre 4,1 milliards de dollars en juillet et 3,4 milliards de dollars en juin, selon les dernières données de la Banque centrale du Kenya (CBK) publiées vendredi.

Les citoyens utilisent la technologie pour payer les tarifs des bus, faire leurs courses dans les supermarchés, payer les factures de services publics et généralement transférer de l’argent, alimentés par les restrictions COVID-19 et les incitations gouvernementales pour stimuler les transactions sans espèces.

Depuis que le Kenya a signalé ses premiers cas confirmés de COVID-19 en mars, la banque centrale a annulé les frais d’envoi jusqu’à 9,3 dollars, a relevé le plafond des transactions quotidiennes à l’équivalent de 2777 dollars, contre 925 dollars, et a doublé le montant en espèces un. peuvent contenir dans leur portefeuille électronique jusqu’à 2 777 dollars.

Ces mesures ont encouragé les Kenyans à adopter les paiements mobiles et ont stimulé les transactions interentreprises.

En août, le secteur des services de paiement mobile employait 252 703 agents, contre 240 261 en mars, signe d’une adaptation plus large des transactions sans numéraire.

Le gouverneur de la CBK, Patrick Njoroge, a déclaré récemment que les mesures instituées étaient opportunes et très efficaces pour faciliter les transferts officiels et personnels à un moment de grand besoin.

Bernard Mwaso, d’Edell IT Solution, une start-up de développement de logiciels, a déclaré que l’impact de la maladie sur la technologie «a été très positif».

«Cela se traduit par une utilisation accrue. Les mesures de CBK ont aidé à intégrer les utilisateurs à faible et à haut volume », a-t-il déclaré.

La suppression des frais sur les transactions de moins de 9,3 dollars a encouragé les transactions à bas débit, et l’augmentation de la limite du portefeuille mobile a amené de nombreux déménageurs à volume élevé, a déclaré Mwaso.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page