Business

L’interdiction américaine de TikTok est suspendue. Que ce passe t-il après?

La décision du tribunal n’est que temporaire et peut faire l’objet d’un appel par le gouvernement américain. La décision pourrait également être finalement rejetée: le juge n’a pesé que parce que TikTok a contesté l’interdiction, et l’entreprise pourrait perdre son procès.

Pour rendre les choses plus confuses, le procès de TikTok n’est pas la seule chose qui régit l’avenir de l’application.

Le propriétaire chinois de TikTok, ByteDance, se précipite pour conclure un accord avec les entreprises américaines Oracle (ORCL) et Walmart (WMT) cela pourrait suffire à satisfaire les préoccupations de l’administration Trump concernant l’application et à conjurer une fois pour toutes la pression américaine.

Qu’est-ce qui a commencé tout ça?

Le président américain Donald Trump et son administration attaquent TikTok depuis des mois en raison de ses liens avec la Chine. Ils affirment que l’application représente un risque pour la sécurité nationale, car les données utilisateur qu’elle stocke sur les Américains pourraient se retrouver entre les mains du gouvernement chinois.
Ces attaques ont atteint un point culminant en août, lorsque Trump a publié des décrets qui interdiraient effectivement TikTok aux États-Unis. Il a dit plus tard que l’interdiction pourrait être évitée si une “entreprise très américaine” l’achetait.

TikTok, quant à lui, a repoussé l’affirmation selon laquelle il posait un risque pour la sécurité, affirmant que les données utilisateur qu’il conserve sur les Américains étaient stockées aux États-Unis, avec une sauvegarde à Singapour. Son opposition à l’interdiction a poussé TikTok à poursuivre l’administration Trump devant un tribunal fédéral.

Qu’est-il arrivé à l’interdiction?

Une interdiction de télécharger TikTok à partir des magasins d’applications américains devait initialement entrer en vigueur le 20 septembre, selon le département américain du Commerce.

Cette date a été reportée d’une semaine au 27 septembre après que Trump a donné sa bénédiction provisoire à l’accord avec Oracle et Walmart. Ensuite, ce délai a été reporté indéfiniment après que le juge fédéral Carl Nichols a temporairement bloqué l’interdiction, en réponse à la contestation judiciaire de TikTok.

Et après?

Le département américain du Commerce a déclaré qu’il avait l’intention de “défendre vigoureusement” son ordonnance, et il n’y a pas eu de développements majeurs dans le procès depuis que le juge a rendu sa décision la semaine dernière.

Mais l’interdiction de l’App Store n’est pas la seule échéance TikTok sur le radar du gouvernement américain.

Fait déroutant, l’un des ordres exécutifs de Trump a donné à TikTok un délai beaucoup plus long le 12 novembre pour trouver un acheteur américain. Après cette date, le département du Commerce a déclaré que les entreprises de dorsales Internet seraient interdites de transporter le trafic de l’application, mettant ainsi fin aux opérations américaines de TikTok.

TikTok pourrait également essayer de repousser cette échéance. La société a jusqu’au 14 octobre pour déposer une demande de blocage temporaire de ces restrictions.

Que se passe-t-il avec cet accord?

L’accord avec Oracle et Walmart est toujours en cours. Les deux sociétés détiendraient au moins une partie d’une nouvelle entité appelée TikTok Global, dont le siège serait aux États-Unis.

Mais certains éléments fondamentaux de la proposition restent flous.

Trump a déclaré qu’il n’approuverait pas l’accord à moins que les Américains ne contrôlent l’entreprise. Cette demande a semé la confusion, car une première annonce concernant le rapprochement avec Oracle et Walmart impliquait que ByteDance continuerait à détenir la majorité de Tiktok à l’avenir. (Dans les jours qui ont suivi, une personne familière avec l’accord a déclaré à CNN Business que TikTok Global serait partiellement détenu par les investisseurs internationaux et chinois de ByteDance, mais que ByteDance lui-même détiendrait zéro pour cent de la société à créer par l’accord pour gérer le en dehors de la Chine.)

Et la Chine?

ByteDance a demandé au gouvernement chinois le mois dernier une licence pour exporter sa technologie, indiquant que l’entreprise a besoin d’une sorte d’approbation de la Chine avant que l’accord ne puisse aller de l’avant.

Le rôle de la Chine dans la signature de l’accord est cependant trouble. En août, les régulateurs chinois ont introduit de nouvelles règles qui régissent la vente de certains types de technologies à des acheteurs étrangers. Les experts ont souligné que le changement obligerait probablement ByteDance à obtenir l’autorisation du gouvernement avant de vendre TikTok à une société étrangère.

Mais ByteDance a déclaré que l’accord américain n’impliquait pas le transfert de ses algorithmes et technologies – juste qu’Oracle serait en mesure d’examiner le code source de l’application.

L’accord a également reçu une réaction agressive de la part des médias d’État chinois, qui le mois dernier ont encouragé Pékin à mettre fin à l’accord.

Et WeChat?

Il existe une autre application appartenant à des Chinois qui fait également face à des pressions aux États-Unis.

L’une des commandes d’août de Trump appelait à l’interdiction des transactions utilisant WeChat, pas seulement TikTok. L’application, qui appartient à Tencent, est omniprésente en Chine et est largement considérée comme équivalente à si Facebook, Paypal, LinkedIn et d’autres plates-formes étaient tous réunis en une seule. C’est aussi un moyen populaire pour les gens de rester en contact avec leurs amis, leur famille et leurs contacts professionnels en Chine.

Le juge fédéral Laurel Beeler a temporairement bloqué l’interdiction de WeChat le 20 septembre après avoir été contestée devant le tribunal par un groupe d’utilisateurs de WeChat basés aux États-Unis. Le juge a déclaré que ces utilisateurs avaient montré “de sérieuses questions” dans leur affirmation selon laquelle le décret menace les droits du premier amendement des utilisateurs.

Vendredi dernier, le ministère américain de la Justice a déclaré qu’il ferait appel de cette décision, ce qui pourrait allonger le litige sur l’avenir de l’application.

En plus de l’appel, Beeler devrait reconsidérer son arrêt temporaire de l’interdiction le 15 octobre.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page