News

Le gouvernement somalien nie que des médecins cubains aient été libérés

Le gouvernement de la Somalie a suivi Cuba tard mercredi en niant que deux médecins cubains, enlevés dans le nord-est du Kenya en avril de l’année dernière, avaient été libérés.

“La nouvelle de la libération des médecins est fausse et le gouvernement somalien n’a publié aucune information sur la libération des médecins”, a déclaré à l’AFP le ministre des Affaires étrangères de la Somalie, Ahmed Ise Awad.

«Cependant, le gouvernement somalien a été impliqué et continue de participer aux efforts pour aider à la libération.»

Les deux médecins, Assel Herrera Correa et Landy Rodriguez Hernandez, faisaient partie d’une brigade médicale cubaine de 100 membres travaillant au Kenya dans le cadre d’un accord bilatéral.

Des djihadistes présumés les ont saisis dans la ville de Mandera, où ils travaillaient à l’hôpital local, et les ont emmenés de l’autre côté de la frontière voisine en Somalie.

L’un des deux policiers escortant les médecins a été abattu.

Plus tôt mercredi, un haut responsable de la police kényane avait déclaré à l’AFP: «Il est vrai qu’ils ont été libérés. Les médecins sont maintenant en sécurité. »

Le chef de la presse du ministère cubain des Affaires étrangères, Juan Antonio Fernandez, a également nié leur libération.

«Des efforts considérables sont en cours pour garantir leur liberté et leur retour sain et sauf dans notre pays», a-t-il ajouté.

La police kényane a déclaré que l’enlèvement portait les caractéristiques d’Al-Shabaab, un groupe djihadiste lié à Al-Qaïda qui mène une insurrection contre le gouvernement somalien soutenu par l’étranger depuis plus d’une décennie.

Un haut responsable gouvernemental a déclaré en mai 2019 que les ravisseurs exigeaient 1,5 million de dollars pour leur libération.

En décembre de l’année dernière, à son retour d’un voyage au Kenya, la vice-présidente cubaine Ines Maria Chapman a déclaré que les deux hommes allaient «bien» et que Nairobi et La Havane poursuivaient leurs efforts pour les faire libérer.

Le Kenya est l’un des principaux contributeurs de troupes à la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM), qui en 2011 a chassé Al-Shabaab de Mogadiscio et d’autres bastions urbains après une offensive de plusieurs mois.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page