News

L’agence de l’UA pour aider le Lesotho contre les conditions météorologiques extrêmes

LESOTHO – 18 MARS: Paysage aride, coucher de soleil, plateau de Thaba Bosiu, district de Maseru, Lesotho. (Photo par DeAgostini / Getty Images)

L’African Risk Capacity (ARC) et le gouvernement du Lesotho ont signé le mémorandum d’accord (MoU) pour renforcer la gestion nationale des risques de catastrophe, a déclaré vendredi l’ARC.

L’ARC, une agence spécialisée de l’Union africaine (UA), a déclaré que le protocole d’accord vise à aider le Lesotho à faire face à l’impact des conditions météorologiques extrêmes.

«L’ARC travaillera désormais avec le gouvernement du Lesotho pour atteindre les objectifs du protocole d’accord et améliorer la capacité du pays à mieux planifier, préparer et répondre aux événements météorologiques extrêmes et aux catastrophes pour la sécurité alimentaire de ses populations vulnérables», a déclaré Ibrahima, directeur général de l’ARC. Cheikh Diong.

Il a souligné que les pays africains doivent de toute urgence renforcer leurs capacités de réponse aux risques de catastrophe en raison de la multiplication des conditions météorologiques extrêmes.

«L’ARC comprend que les risques de catastrophes naturelles ne sont pas évitables, mais les conséquences pourraient être gérées avec les bons outils tels que nous les avons déployés efficacement dans de nombreux pays africains qui ont été confrontés à des catastrophes similaires», a-t-il déclaré.

Le gouvernement du Lesotho a accueilli favorablement le protocole d’accord et s’est engagé à le mettre en œuvre dans l’intérêt de la population.

«Ce protocole d’accord ne sera pas seulement un accord au nom d’un accord. Il sera mis en œuvre et produira des résultats tangibles. Le gouvernement du Lesotho est désireux de s’associer à l’ARC pour faire face aux risques climatiques persistants auxquels le pays est confronté, en particulier dans le contexte de la sécheresse », a déclaré le gouvernement dans un communiqué.

Au cours de la saison 2019-2020, le Lesotho a connu une baisse de 60 pour cent de la production céréalière par rapport à 2018.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page