News

L’UE dit qu’elle pourrait approuver deux vaccins contre le coronavirus cette année

FICHIER – Dans cette photo d’archive du 30 juillet 2020, Kai Hu, un associé de recherche transfère le support aux cellules, dans le laboratoire de l’Imperial College de Londres. Imperial College travaille au développement d’un vaccin COVID-19. L’Afrique du Sud et l’Inde, le vendredi 2 octobre 2020, ont demandé à l’Organisation mondiale du commerce de déroger à certaines dispositions des accords internationaux qui régissent les droits de propriété intellectuelle, afin d’accélérer les efforts visant à prévenir, traiter et contenir la pandémie de COVID-19 et veiller à se développer les pays ne sont pas en reste. (Photo AP / Kirsty Wigglesworth, dossier)
FICHIER – Dans cette photo d’archive du 30 juillet 2020, Kai Hu, un associé de recherche transfère le support aux cellules, dans le laboratoire de l’Imperial College de Londres. Imperial College travaille au développement d’un vaccin COVID-19. (Photo AP / Kirsty Wigglesworth, dossier)

L’Union européenne pourrait approuver deux vaccins contre les coronavirus testés par Pfizer-BioNTech et par Moderna avant la fin du mois prochain, a déclaré jeudi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Von der Leyen a déclaré que l’Agence européenne des médicaments pourrait donner «une autorisation de mise sur le marché conditionnelle… dès la deuxième quinzaine de décembre si tout se déroule maintenant sans problème».

En travaillant ensemble, le géant américain Pfizer et l’allemand BioNTech ont développé un vaccin qui, selon les entreprises, a eu des essais cliniques fructueux et ont envoyé des données à l’EMA.

La société américaine de biotechnologie Moderna a déclaré que son vaccin expérimental était efficace à 95%.

L’EMA basée à Amsterdam devra étudier les résultats des tests avant de recommander que Bruxelles donne son approbation, mais – s’exprimant après des discussions avec les dirigeants de l’UE – von der Leyen était prudemment optimiste.

L’Union européenne a des contrats pour réserver des centaines de millions de doses de futurs vaccins avec BioNTech, Purevac, AstraZeneca et Sanofi s’ils peuvent être mis sur le marché.

«Et nous continuons les négociations avec Moderna, et nous sommes en pourparlers avec Novavax», a déclaré von der Leyen, ajoutant que les 27 dirigeants européens avaient exprimé leur soutien au programme d’achat de l’UE.

Elle a souligné que dans le cas des entreprises américaines, l’EMA était en contact quotidien avec son équivalent américain la FDA.

«Et si tout se déroule sans problème. L’EMA nous dit que l’autorisation de mise sur le marché conditionnelle pour BioNTech et Moderna pourrait avoir lieu dès la seconde quinzaine de décembre 2020. »

Plus tôt dans la journée, le co-fondateur de BioNTech, Ugur Sahin, a déclaré à l’AFP que la société espérait une approbation rapide.

– Envois retardés? –

«Nous travaillons à plein régime», a-t-il déclaré, confirmant que les entreprises prévoient de demander une autorisation d’utilisation d’urgence de leur jab aux États-Unis vendredi, tandis que les régulateurs européens recevront un autre lot de données «la semaine prochaine».

“Il y a une chance que nous puissions recevoir l’approbation des États-Unis ou de l’Europe ou des deux régions cette année encore”, a déclaré Sahin, qui est également le directeur général de BioNTech.

«Nous pourrions même commencer à livrer le vaccin en décembre», a-t-il ajouté, «si tout le monde travaille très étroitement ensemble.»

Mais, plus tôt cette semaine, le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, a averti que de longues négociations avec Bruxelles sur un contrat pour réserver son vaccin pourraient retarder les expéditions.

“Il est clair qu’avec un retard cela ne va pas limiter le montant total mais cela va ralentir la livraison”, a-t-il déclaré à l’AFP, lors d’un entretien.

Pfizer / BioNTech et Moderna ont pris les devants dans la recherche mondiale d’un vaccin, après que des données d’essais à grande échelle ce mois-ci aient montré que leurs injections étaient efficaces à environ 95% contre Covid-19.

Ces deux avancées ont fait naître l’espoir de mettre fin à une pandémie qui a infecté plus de 56 millions de personnes et causé plus de 1,3 million de décès dans le monde depuis la première apparition du virus en Chine à la fin de l’année dernière.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page