News

Le vaccin Covid-19 sera déployé dans les pays les plus pauvres au début de l’année prochaine, selon l’OMS

Publié le:

Les pays les plus pauvres commenceront à recevoir des doses de vaccination contre le coronavirus au début de l’année prochaine d’une installation créée pour assurer un accès équitable, ont annoncé vendredi l’Organisation mondiale de la santé et ses partenaires.

Près de deux milliards de doses de vaccins candidats ont été sécurisées pour l’installation de Covax, gérée par l’OMS avec l’alliance du vaccin Gavi et la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI).

Des pays comme les États-Unis et la Grande-Bretagne ont déjà commencé à déployer un vaccin développé par Pfizer et BioNtech, et un autre développé par Moderna devrait bientôt être largement approuvé.

Aucun des deux médicaments n’est inclus dans les deux milliards de doses, mais l’OMS a déclaré qu’il était en discussion avec les deux sociétés.

«Les arrangements annoncés aujourd’hui permettront à toutes les économies participantes d’avoir accès aux doses au premier semestre 2021, les premières livraisons devant débuter au premier trimestre 2021», ont déclaré l’OMS, Gavi et le CEPI dans un communiqué.

Des expéditions de suffisamment de vaccins pour protéger les travailleurs de la santé et des services sociaux seraient livrées «au premier semestre 2021 à toutes les économies participantes qui ont demandé des doses dans cette période», indique le communiqué.

Il a déclaré que les livraisons étaient subordonnées aux approbations réglementaires et à la préparation des pays à la livraison.

Objectif de 20% pour 2021

Le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré lors d’une conférence de presse virtuelle que «la lumière au bout du tunnel est devenue un peu plus brillante».

«Mais nous ne mettrons vraiment fin à la pandémie que si nous y mettons fin partout en même temps, ce qui signifie qu’il est essentiel de vacciner certaines personnes dans tous les pays, plutôt que toutes les personnes dans certains pays», a-t-il déclaré.

Le communiqué indique que d’ici la fin de l’année, 20 pour cent des populations des pays participants devraient être couvertes.

L’OMS a révélé vendredi qu’elle avait signé un accord avec le géant pharmaceutique américain Johnson & Johnson pour 500 millions de doses d’un candidat médicament, s’ajoutant aux accords déjà signés avec AstraZeneca, Novavax et Sanofi-GSK.

L’agence de santé des Nations Unies a précédemment déclaré qu’elle était disposée à inclure les vaccins développés en Chine et en Russie si ces médicaments s’avéraient sûrs et efficaces.

Le chef du CEPI, Richard Hatchett, a déclaré que les efforts massifs de recherche et de développement portaient leurs fruits.

«Nous avons maintenant des vaccins sûrs et efficaces qui peuvent protéger contre Covid-19 et une voie claire pour sécuriser deux milliards de doses pour les populations les plus à risque partout dans le monde», a-t-il déclaré.

Le chef de Gavi, Seth Berkley, a quant à lui salué «la vitesse et l’ampleur sans précédent» du projet.

«Garantir l’accès aux doses d’un nouveau vaccin pour les pays à revenu élevé et à faible revenu, à peu près au même moment et pendant une pandémie, est un exploit que le monde n’a jamais réalisé auparavant», a-t-il déclaré.

Covax est une collaboration entre des organisations, des entreprises et 190 pays – mais ni les États-Unis ni la Russie ne l’ont rejoint jusqu’à présent.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page