News

Le gouvernement norvégien appelle l’Éthiopie à protéger les ONG

Le gouvernement norvégien a condamné la destruction des installations d’aide humanitaire en Éthiopie, où le groupe d’aide du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) tente d’aider les personnes touchées par le conflit dans la région du Tigray.

«Toutes les parties doivent remplir leurs obligations en vertu du droit international humanitaire», a déclaré le ministère des Affaires étrangères en réponse à un rapport du NRC détaillant les dégâts. “Les réfugiés, les humanitaires, les écoles et les cliniques ne sont pas une cible. »

Le NRC a déclaré lundi que les images satellite confirmaient que ses bâtiments, y compris une école et un dispensaire, avaient été endommagés et incendiés dans les camps de réfugiés de Hitsaats et Shimelba. Les images de DX Open Network, un groupe d’analystes basé au Royaume-Uni, montrent que les dommages sont survenus entre le 5 et le 8 janvier.

Les camps ont offert un abri à environ 25 000 réfugiés érythréens, dont jusqu’à 80 pour cent sont aujourd’hui portés disparus.

Le NRC, faisant écho aux plaintes d’autres ONG de défense des droits de l’homme et d’aide humanitaire travaillant dans la région, a déclaré qu’il était impossible de vérifier de manière indépendante les dommages causés aux installations et le statut des réfugiés parce que l’Éthiopie ne permettra pas aux organisations humanitaires d’accéder à la région. La plupart des zones rurales restent coupées des travailleurs humanitaires.

«Treize longues semaines sans pouvoir entrer, réagir efficacement et vérifier l’état de nos ressources humanitaires sont tout simplement inacceptables», a déclaré Jan Egeland, secrétaire général du NRC.

«Nous ne pouvons pas le dire assez. La communauté humanitaire a besoin d’un accès illimité à toutes les parties du Tigray pour évaluer les besoins et les dommages et fournir une aide vitale urgente. »

Image: Réseau ouvert CNRC / DX

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page