News

Les affrontements au Sénégal en tuent un après l’arrestation du chef de l’opposition Sonko

Publié le:

La police sénégalaise s’est affrontée jeudi avec les partisans du chef de l’opposition arrêté Ousmane Sonko, laissant une personne morte dans le sud du pays, a déclaré un responsable de la police.

Il s’agissait du premier décès confirmé dans des affrontements depuis que Sonko a été arrêté mercredi pour avoir troublé l’ordre public alors que des manifestations ont éclaté avant sa comparution devant le tribunal pour viol.

Sonko, chef du parti d’opposition Pastef et ancien candidat à la présidentielle, est considéré comme un challenger potentiel clé du président Macky Sall lors des élections dans trois ans.

Une personne a été tuée dans des affrontements jeudi dans la ville de Bignona, dans la région sud de la Casamance, a indiqué le responsable de la police.

“Nous ne connaissons toujours pas la cause, elle fait l’objet d’une enquête”, a déclaré le responsable qui a demandé à ne pas être identifié.

Quatre policiers ont également été blessés dans les combats.

L’arrestation de Sonko a déclenché les pires troubles jamais vus à Dakar depuis des années, dans un pays d’Afrique de l’Ouest réputé pour sa stabilité.

Des dizaines d’étudiants étaient encore enfermés jeudi à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, où ils ont lancé des blocs de béton sur la police, qui a répondu avec des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes, a déclaré un journaliste de l’AFP sur les lieux.

Sonko devait être transféré jeudi soir dans un palais de justice de Dakar où sa cause sera entendue par un juge. Mais ses avocats ont déclaré que l’audience avait été reportée à vendredi.

“Ousmane Sonko fait désormais l’objet d’un mandat d’arrêt. Il sera conduit demain devant le juge d’instruction, volontairement ou de force”, a déclaré à l’AFP Abdoulaye Tall, l’un de ses avocats.

Les autorités de régulation sénégalaises ont également suspendu jeudi le signal de deux chaînes de télévision locales, Sen TV et Walf TV, les accusant de diffuser des images “en boucle” des troubles après l’arrestation de Sonko.

Populaire auprès des jeunes

Des centaines de personnes avaient suivi son cortège mercredi, sonnant des cornes et chantant avant que des affrontements n’éclatent et Sonko a été arrêté avant d’arriver au tribunal.

Le ministre de l’Intérieur Antoine Felix Abdoulaye Diome a déclaré que Sonko avait été arrêté pour interdiction de rassemblement en raison du coronavirus et de la violation d’un plan de circulation mis en place.

“Tout le monde doit se conformer. D’autres ont fait de même. Je me demande pourquoi il y aurait une exception”, a-t-il déclaré à la radio RFM.

Sonko nie également les accusations de viol portées contre lui le mois dernier par un employé d’un salon où il a reçu des massages.

Fervent musulman de 46 ans, Sonko critique fréquemment l’élite dirigeante sénégalaise et est populaire auprès des jeunes.

Il accuse Sall d’avoir conspiré pour le mettre à l’écart avant les élections de 2024.

Des violences ont également éclaté mercredi dans d’autres régions, notamment en Casamance, d’où est originaire le père de Sonko et où il a une forte audience.

Sonko s’est présenté contre le président lors du vote de 2019, mais a terminé troisième d’une course qui a délivré au titulaire un deuxième mandat.

Les présidents de l’ancienne colonie française sont limités à deux mandats consécutifs, mais Sall a lancé une révision constitutionnelle en 2016, soulevant des soupçons qu’il a l’intention de se présenter à nouveau.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page