News

Le statut de Sud-Africain Motsepe en tant que président de la Caf est pratiquement assuré

Le milliardaire Patrice Motsepe dirige les anciens champions d’Afrique Mamelodi Sundowns depuis 2004

Le statut de Patrice Motsepe en tant que prochain président de la Confédération africaine de football (Caf) est pratiquement assuré après que son dernier rival éligible pour le poste – le Mauritanien Ahmed Yahya – se soit retiré de la course samedi après-midi, le troisième candidat à le faire depuis vendredi soir.

Le milliardaire sud-africain Motsepe est désormais le seul candidat à gauche, bien qu’il soit possible que cela change lundi si l’actuel président de la Caf, Ahmad annule son interdiction de cinq ans à la Fifa au Tribunal arbitral du sport.

Une exonération complète de la sanction malgache est considérée comme improbable, ce qui signifie que Motsepe – qui possède les champions d’Afrique du Sud 2016 Mamelodi Sundowns – semble prêt à être couronné président lors des élections de la Caf vendredi prochain.

Motsepe est le neuvième homme le plus riche d’Afrique selon le magazine Forbes, qui estime sa richesse à 2,9 milliards de dollars. lien externe

Il y a moins de 24 heures, les quatre candidats étaient toujours en course, mais les pourparlers au Maroc le week-end dernier, lorsqu’un accord a été proposé selon lequel Motsepe deviendrait président avec ses rivaux se retirer, se sont maintenant concrétisés.

Dans sa déclaration de retrait vendredi soir, le président sénégalais de la FA, Augustin Senghor, a déclaré que les candidats avaient “ décidé d’accepter la proposition qui nous a été soumise par la Fifa, le Maroc et l’Égypte. [FA’s] dans l’intérêt supérieur de l’unité du football africain ».

Ces pourparlers ont ensuite obligé chacun des candidats rivaux de Motsepe à consulter leurs gouvernements avant de se retirer, les Ivoiriens Jacques Anouma, Senghor et Yahya mentionnant tous dûment leurs chefs d’État respectifs dans leurs déclarations de retrait.

Senghor et Yahya devraient assumer les rôles de vice-président, avec Anouma – qui, comme Senghor, sorti tard vendredi – défini pour un rôle de «conseiller spécial».

<< Je voudrais annoncer la décision que j'ai prise, en accord avec mes collègues candidats à la présidence de la Caf après des discussions franches et fructueuses où nous avons pris la décision d'unifier la liste des candidats à la présidence de la Caf, et ce en retirant personnellement ma candidature et celle de mes frères et collègues Augustin Senghor et Jacques Anouma », a déclaré Yahya.

“Maintenant, aux côtés de Patrice, Augustin et Jacques Anouma, c’est à mon tour de redonner au football africain ce qu’il m’a donné. Cette alliance historique est, à mon sens, le plus grand honneur pour l’avenir de la Caf et du football africain.”

“A travers cette alliance historique, qui sera officiellement annoncée aujourd’hui à Nouakchott, j’ai choisi de rompre avec les anciennes habitudes, divergences et comportements du passé.”

La capitale mauritanienne Nouakchott, qui accueille samedi soir la finale du Championnat d’Afrique des moins de 20 ans, organise également une conférence de presse samedi où de plus amples détails sur cette coopération sans précédent entre les candidats autrefois rivaux seront annoncés.

Augustin Senghor, Patrice Motsepe, Ahmed Yahya et Jacques Anouma
Augustin Senghor, Patrice Motsepe, Ahmed Yahya et Jacques Anouma avaient tous été approuvés pour les élections de mars

Motsepe, 59 ans, qui a déclaré qu’il souhaitait établir des partenariats et des parrainages au sein du secteur privé pour stimuler la Caf, a décrit son manifeste en dix pointslien externe à Johannesburg fin février.

Le seul obstacle possible à Motsepe étant couronné comme le prochain dirigeant du football africain est le retour d’Ahmad à la course.

Le joueur de 61 ans devra annuler entièrement sa sanction pour briguer un deuxième mandat car une peine réduite – que certains considèrent possible – l’empêcherait de passer le test d’éligibilité requis pour représenter le rôle, qui s’accompagne d’un vice automatique. – poste présidentiel à la Fifa.

BBC Sport Africa comprend que le Tribunal Arbitral du Sport, où le Madagascar de 61 ans fait appel de son interdiction, rendra son verdict lundi.

La capitale marocaine, Rabat, accueillera les élections le vendredi 12 mars, avec une foule d’autres rôles dans les comités exécutifs de la Fifa et de la Caf.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page