News

Sassou Nguesso du Congo Brazzaville réélu avec plus de 88% des voix, selon les premiers résultats

Publié le:

Le président vétéran de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, a été réélu avec 88,57% des voix, selon les résultats provisoires publiés mardi.

Sassou Nguesso, 77 ans, est au pouvoir depuis 36 ans, prenant la tête de l’État centrafricain en 1979.

Sa victoire écrasante au premier tour, annoncée par le ministre de l’Intérieur citant des chiffres de la commission électorale, était largement attendue.

Le scrutin de dimanche avait été boycotté par la principale opposition et éclipsé par la mort du seul grand rival de Covid de Sassou Nguesso, Guy-Brice Parfait Kolelas, 61 ans, qui a recueilli 7,84% des voix.

Le taux de participation a été estimé à 67,55%.

L’un des dirigeants les plus anciens du monde, Sassou Nguesso a longtemps été accusé par les détracteurs d’un régime autoritaire et de fermer les yeux sur la corruption, la pauvreté et les inégalités malgré la richesse pétrolière du pays.

La mort de Rival

Kolelas, le fils d’un ancien Premier ministre qui était l’un des principaux critiques du gouvernement, est décédé à bord d’un avion médical qui l’a transporté à Paris le jour du scrutin, a déclaré son directeur de campagne Christian Cyr Rodrigue Mayanda.

Kolelas a d’abord pensé qu’il avait le paludisme, mais a découvert tardivement qu’il s’agissait du COVID-19, a déclaré un de ses amis.

Il a posté une vidéo de son lit de malade, déclarant qu’il «luttait contre la mort» et exhortant ses partisans à «se lever comme une seule personne».

Mathias Dzon, un ancien ministre des Finances qui a recueilli 1,9% des voix, a annoncé lundi qu’il porterait plainte devant la Cour constitutionnelle pour annuler le vote, qu’il a qualifié de “désastreux”.

Le jour du scrutin, l’accès à Internet et aux réseaux sociaux, ainsi que les SMS, ont été coupés alors que dans le centre de la capitale Brazzaville, les magasins ont été fermés et seuls les véhicules de sécurité ont été vus.

Dans certaines régions, les électeurs se sont plaints du fait que leurs noms ne figuraient pas sur la liste électorale.

Cette victoire, qui place Sassou Nguesso sur la bonne voie pour un nouveau mandat de cinq ans, marque sa quatrième victoire électorale depuis 2002.

L’ancien parachutiste est arrivé au pouvoir pour la première fois en 1979.

Il a servi trois mandats présidentiels jusqu’à ce qu’il soit contraint d’introduire des élections multipartites en 1991 et a été battu aux urnes l’année suivante.

Mais il est revenu au pouvoir en 1997 après une guerre civile prolongée.

Pas de limites

En 2015, un amendement constitutionnel a mis fin à l’interdiction des candidats à la présidentielle âgés de plus de 70 ans et a supprimé une limite de deux mandats, lui permettant de se présenter à nouveau.

“Pourquoi y a-t-il eu ce résultat stalinien?” a déclaré un haut responsable du gouvernement à l’AFP, commentant anonymement les résultats de dimanche.

Lors du scrutin de 2016, Sassou Nguesso a été réélu au premier tour avec 60% des voix, contre 15% pour Kolelas, après une campagne beaucoup plus acharnée.

Sassou Nguesso s’est présenté cette fois comme le défenseur de la jeunesse congolaise – l’âge moyen des cinq millions d’habitants du pays est de 19 ans – et a esquissé des plans pour développer l’agriculture, pour alléger la dépendance aux importations alimentaires.

Flanquée de son géant voisin la République démocratique du Congo ainsi que du Gabon, l’ancienne colonie française – également connue sous le nom de Congo-Brazzaville – possède d’abondantes réserves de pétrole et l’essentiel de son budget provient des revenus pétroliers.

Mais son économie est en crise, touchée par un effondrement des prix mondiaux du brut et par une montagne de dettes.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page