News

Le Bénin vote aux élections présidentielles après une semaine de violentes manifestations

Publié le:

Le vote a commencé au Bénin dimanche lors d’une élection présidentielle alors que certains partis d’opposition ont appelé au boycott après une semaine de manifestations meurtrières contre le sortant Patrice Talon, qui est fortement favorisé pour remporter un second mandat.

Talon, un magnat du coton multimillionnaire qui vante une forte croissance économique sous sa direction, est accusé par ses adversaires de saper la position du Bénin comme l’une des démocraties les plus stables d’Afrique de l’Ouest.

Les manifestations dans plusieurs villes cette semaine sont devenues violentes. Certaines personnes ont été tuées par balles jeudi dans la ville centrale de Bante lorsque les forces de sécurité ont tiré des coups de semonce, a déclaré son maire à la radio locale, sans dire combien sont morts.

Dans la capitale commerciale Cotonou, plusieurs personnes ont déclaré craindre des violences le jour du scrutin.

«Les événements de ces derniers jours me font peur», a déclaré Christophe Dossou, un étudiant. “Je préfère rester prudent.”

>> Un glissement autoritaire entache la “ démocratie modèle ” de l’Afrique de l’Ouest alors que le Bénin se dirige vers les urnes

Parmi les plaintes des manifestants, citons le revirement de Talon sur la promesse qu’il a faite en tant que candidat en 2016 de ne servir qu’un seul mandat, et les changements qu’il a poussés aux lois électorales qui, selon lui, visaient à rationaliser les institutions gouvernementales lourdes.

Dans la pratique, ces réformes ont abouti à un contrôle total du parlement par les partisans de Talon et à l’exclusion des principaux opposants de la course présidentielle.

Une coalition de partis d’opposition dans un communiqué samedi soir, a appelé leurs partisans à boycotter le vote en raison des violences et de la décision du président Talon de briguer un autre mandat.

Le chien de garde américain de la démocratie, Freedom House, a rétrogradé le Bénin l’année dernière dans son classement annuel de «libre» à «partiellement libre».

Talon fait face à deux candidats de l’opposition relativement peu connus: Alassane Soumanou, qui était ministre sous l’ancien président Thomas Boni Yayi, et Corentin Kohoue, un politicien chevronné.

Plusieurs autres chefs de file de l’opposition ont été arrêtés cette année pour des accusations liées au terrorisme, a déclaré Amnesty International. Talon a nié que son gouvernement cible ses adversaires.

Il a fait campagne sur son bilan économique. Le Bénin, un pays d’environ 12 millions d’habitants, est devenu le premier exportateur de coton d’Afrique en 2018 et a enregistré une croissance annuelle moyenne du produit intérieur brut de plus de 5% avant le ralentissement économique mondial causé par la pandémie de coronavirus.

“Ce que nous avons fait n’a pas été facile”, a déclaré Talon lors de l’un de ses derniers rassemblements de campagne, vendredi. “Nous sommes forts et nous savons comment y parvenir.”

(REUTERS)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page