News

FMI: le COVID entrave la reprise économique de l’Afrique subsaharienne

Il y a au moins 32 millions de personnes supplémentaires vivant dans l’extrême pauvreté en Afrique subsaharienne en raison de la pandémie de COVID-19, et les pays de la région auront besoin d’environ 425 milliards de dollars de financement externe supplémentaire au cours des cinq prochaines années, a déclaré jeudi le FMI. .

«Les perspectives de l’Afrique subsaharienne devraient diverger de celles du reste du monde, les contraintes sur la marge de manœuvre politique et le déploiement des vaccins retardant la reprise à court terme», a déclaré Abebe Aemro Selassie, directeur du Département Afrique du FMI. a publié le mois d’avril Perspectives économiques régionales de l’Afrique subsaharienne.

“Alors que les économies avancées ont déployé un soutien politique extraordinaire qui est à présent le moteur de leur reprise, pour la plupart des pays d’Afrique subsaharienne, ce n’est pas une option.”

L’économie régionale s’est contractée de 1,9% en 2020, mais elle devrait rebondir avec une prévision de croissance de 3,4% pour cette année. La production par habitant ne devrait pas revenir aux niveaux de 2019 avant 2022.

Le rétablissement de l’Afrique subsaharienne est mis à mal par le manque de vaccins COVID qui ont été administrés ailleurs dans le monde.

«Certaines économies avancées ont obtenu suffisamment de vaccins pour couvrir leurs populations à plusieurs reprises. En revanche, de nombreux pays d’Afrique subsaharienne ont du mal à simplement vacciner les travailleurs de première ligne essentiels », a déclaré Selassie. «Peu de pays de la région atteindront une large disponibilité des vaccins avant 2023.»

Le FMI prévient qu’il y a plus d’incertitude avec ces perspectives en raison de la pandémie, avec le principal risque que les Africains de la région voient des vagues répétées d’infection au COVID-19 avant que les vaccins ne soient disponibles.

«L’approvisionnement ou le déploiement de vaccins de manière plus positive et plus rapide que prévu pourrait stimuler les perspectives à court terme de la région», a déclaré Selassie.

Image: Abebe Aemro Selassie / FMI

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page