News

Rapport: L’éolien du Kenya, le solaire marocain en tête de l’Afrique en matière d’énergie propre

Le Maroc et le Kenya ouvrent la voie à la transition énergétique propre de l’Afrique, mais des progrès supplémentaires sont nécessaires car les deux tiers de la production d’électricité en expansion du continent sont toujours soutenus par les combustibles fossiles.

C’est selon un nouveau Revue mondiale de l’électricité publié par des militants de l’ONG britannique Ember.

À 16%, le Maroc affichait les niveaux d’énergie éolienne et solaire les plus élevés en 2019, le Kenya produisant 15% de son électricité principalement à partir de sources éoliennes et beaucoup moins d’énergie solaire. Les deux pays dépassent la moyenne mondiale de 9,4% identifiée par les analystes d’Ember.

En comparaison, le Nigéria et l’Algérie ont produit moins de 1 pour cent de leur électricité à partir de l’énergie éolienne et solaire, selon le rapport. L’Égypte est passée à 3% en 2019, principalement grâce aux investissements dans l’énergie solaire, tandis que l’Afrique du Sud produit désormais au moins 6% de son électricité à partir de l’énergie éolienne et solaire.

«L’énergie solaire et éolienne sont désormais les sources les moins chères de nouvelle génération d’électricité en Afrique», a déclaré le professeur Anton Eberhard du Power Futures Lab de l’Université de Cape Town. «Au fur et à mesure que la part de ces sources d’énergie variables augmente, de nouveaux défis se poseront pour les systèmes électriques en Afrique, en particulier pour les gestionnaires de réseau qui devront se procurer et gérer des ressources flexibles complémentaires pour assurer la sécurité et la stabilité de l’approvisionnement.»

L’Afrique du Sud dépend toujours des combustibles fossiles pour 89% de ses besoins énergétiques, bien au-dessus de la moyenne mondiale. Il continue également de dépendre du charbon beaucoup plus que tout autre pays africain.

«Dans le même temps, plus de la moitié de la population en Afrique subsaharienne n’a toujours pas accès à l’électricité», a déclaré Duncan Gibb, analyste des énergies renouvelables. «Le Global Electricity Review d’Ember montre l’énorme potentiel des nations africaines pour construire des énergies renouvelables abordables et fournir de l’électricité à leurs citoyens.»

Image: Projet éolien du lac Turkana au Kenya / Fichier

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page