News

IPC : la famine, la crise humanitaire au Tigré atteignent un niveau catastrophique

La crise humanitaire dans la région du Tigré en Éthiopie a atteint un niveau d’insécurité alimentaire sans précédent depuis la famine de 2011 en Somalie, selon un nouveau rapport des Nations Unies publié jeudi.

La phase de classification intégrée de la sécurité alimentaire (CIB) la mise à jour avertit que plus de 350 000 personnes dans la zone de conflit du Tigré, et dans les régions voisines d’Amhara et d’Afar, se trouvent dans une situation de niveau 5 catastrophique, le niveau le plus élevé de l’échelle. Deux autres millions de personnes sont en situation d’urgence de niveau 4 et 3,1 millions en situation de crise de niveau 3, avec un total de 61 % de la population évaluée dans ces trois catégories.

« Cette grave crise résulte des effets en cascade du conflit, notamment des déplacements de population, des restrictions de mouvement, un accès humanitaire limité, la perte de récoltes et d’actifs de subsistance, et des marchés dysfonctionnels ou inexistants », indique le rapport de l’IPC.

Dans le pire des cas, tout échec à stabiliser la région qui conduit à une extension du conflit augmentera les déplacements et interférera avec l’aide humanitaire.

Des combats entre les forces régionales du Tigré et l’armée éthiopienne ont éclaté en novembre lorsqu’un poste des forces de défense éthiopiennes du nord a été attaqué à la suite de l’élection de Debretsion Gebremichael au Tigré, ce qu’Addis-Abeba a rejeté comme étant un processus illégal. Le gouvernement éthiopien est basé sur un système fédéraliste ethniquement distribué, avec des tensions de longue date dans le Tigré et d’autres zones autonomes.

Les forces érythréennes ont traversé la frontière pour se joindre au conflit, ce qui a entraîné la condamnation de la communauté internationale et des accusations de crimes de guerre potentiels ainsi que la crise de l’aide humanitaire évaluée par l’IPC.

L’IPC est une agence composée de 10 partenaires y compris les agences des Nations Unies et les ONG mondiales.

Image: UNOCHA/Jordi Casafont Torra

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page