News

La Chine, faisant honneur à son propre bilan en matière de droits humains, salue la décision de l’ONU contre le racisme

La Chine a pesé sur une résolution du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies sur le racisme et la discrimination introduite pour la première fois par les pays africains, mais n’a fait aucune mention des enquêtes en cours sur son propre traitement des Ouïghours et d’autres minorités.

Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a déclaré mercredi que la résolution – explicitement liée à la mort de George Floyd aux États-Unis l’année dernière – aborde « le fléau du racisme systémique et structurel » trouvé aux États-Unis et autour du monde. Comme c’est souvent le cas, Zhao a positionné la Chine comme étant à l’écart du colonialisme et de la traite des esclaves en Afrique dont les États-Unis et l’Europe étaient responsables.

« L’adoption de cette résolution forte galvanisera davantage le consensus international et donnera un nouvel élan à la cause mondiale de la lutte contre le racisme », il a dit. « Les pays qui sont en proie à un racisme grave, à la discrimination raciale, à la violence xénophobe et qui se sont livrés ou ont profité de l’esclavage, de la traite transatlantique des esclaves et du colonialisme devraient faire preuve de la volonté politique et du courage d’assumer la responsabilité de ses crimes dans l’histoire.

La résolution et le rapport connexe, présentés pour la première fois l’année dernière par le Burkina Faso, ont examiné de près les décès liés à la race d’Africains et de personnes d’ascendance africaine aux États-Unis, en France et au Brésil, entre autres pays. Il établit un groupe d’experts indépendants pour enquêter sur les affaires policières et les incidents liés à la race.

« Il est urgent de s’attaquer aux héritages de l’esclavage, de la traite transatlantique des esclaves, du colonialisme et des politiques et systèmes successifs de discrimination raciale, et de rechercher une justice réparatrice », a déclaré Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme.

Image : Ministère des Affaires étrangères de la Chine

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page