News

L’Éthiopie atteint l’objectif de la deuxième année pour le remplissage du méga-barrage contesté du Nil

Publié le:

L’Éthiopie a achevé de remplir le réservoir de son immense barrage sur le Nil Bleu pour une deuxième année, a déclaré lundi un ministre, une décision qui a déjà provoqué la colère de l’Égypte.

Addis-Abeba affirme que le Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD), un projet hydroélectrique de 4 milliards de dollars, est crucial pour son développement économique et pour fournir de l’électricité.

Mais le barrage est une source de litige depuis que l’Éthiopie a lancé le projet en 2011, l’Égypte et le Soudan le considérant comme une menace en raison de leur dépendance vis-à-vis des eaux du Nil.

Les pourparlers tenus sous les auspices de l’Union africaine n’ont pas abouti à un accord à trois sur le remplissage et l’exploitation du barrage, et Le Caire et Khartoum ont demandé à Addis-Abeba de cesser de remplir l’énorme réservoir jusqu’à ce qu’un tel accord soit conclu.

Mais les responsables éthiopiens ont fait valoir que le remplissage est une partie naturelle du processus de construction du barrage et ne peut pas être arrêté.

“Le deuxième remplissage du barrage Renaissance est terminé et l’eau déborde”, a déclaré lundi Seleshi Bekele, ministre éthiopien de l’eau, de l’irrigation et de l’énergie.

“Cela signifie que nous avons maintenant le volume d’eau nécessaire pour faire fonctionner les deux turbines”, a-t-il déclaré dans un tweet.


Les efforts diplomatiques de longue date pour résoudre le différend entre les trois pays ont donné peu de succès.

Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni plus tôt ce mois-ci pour discuter du projet, bien que l’Éthiopie ait par la suite qualifié la session de distraction « inutile » par rapport au processus dirigé par l’UA.

Les États-Unis ont également déclaré que le remplissage du barrage par l’Éthiopie pouvait augmenter les tensions et ont exhorté toutes les parties à s’abstenir de toute action unilatérale.

Le remplissage des réservoirs a commencé l’année dernière, l’Éthiopie ayant annoncé en juillet 2020 qu’elle avait atteint son objectif de 4,9 milliards de mètres cubes.

L’objectif pour la saison des pluies de cette année était d’ajouter 13,5 milliards de mètres cubes.

Il y a maintenant suffisamment d’eau pour installer et faire fonctionner les deux premières turbines du barrage, ce qui permettrait au projet de commencer à produire de l’énergie pour la première fois, a déclaré le responsable, qui a requis l’anonymat car il n’était pas autorisé à informer les médias.

(FRANCE 24 avec REUTERS et AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page