Les États-Unis vont expédier près de 10 millions de clichés au Nigeria et en Afrique du Sud.

Les États-Unis accélèrent les livraisons de vaccins en Afrique alors qu’une troisième vague de la pandémie continue de s’accélérer à travers le continent.

Mercredi, Washington devait expédier près de 10 millions de vaccins Covid-19 à deux des pays les plus peuplés d’Afrique, avec 5,6 millions de doses de Pfizer en Afrique du Sud et quatre millions de doses de Moderna au Nigeria. Les livraisons font partie d’un engagement pris par le président Biden en juin de partager 80 millions de doses dans le monde – avec environ 25 millions de doses qui devraient arriver dans 49 États africains.

Au cours des deux dernières semaines, Covax, le partenariat mondial pour les vaccins, a, en collaboration avec l’Union africaine, livré des millions de doses Johnson & Johnson des États-Unis à des pays tels que le Cameroun, la République centrafricaine, Djibouti, la Gambie, le Lesotho, le Niger , la Tunisie et la Zambie. Les derniers envois vers le Nigeria et l’Afrique du Sud portent le nombre total de vaccins donnés à 16,4 millions de doses.

Les dons des États-Unis interviennent alors que l’Afrique continue d’être à la traîne du reste du monde en matière de vaccination contre le Covid. Selon l’Organisation mondiale de la santé, seuls environ 21 millions des 1,3 milliard d’habitants du continent ont été complètement vaccinés, 77 pour cent de toutes les doses reçues ayant déjà été administrées. Au rythme actuel, près des deux tiers des pays africains n’atteindront pas l’objectif de l’OMS de vacciner 10 pour cent de leur population d’ici la fin septembre.

La disponibilité des vaccins en Afrique a été entravée parce que les pays riches ont acheté des doses excédentaires et a été encore retardée par la décision de l’Inde en mars de réduire les exportations de vaccins, en particulier les fournitures du Serum Institute of India sur lesquelles Covax comptait. En raison de ces problèmes, le continent africain ne sera probablement pas en mesure d’atteindre l’objectif à plus long terme de vacciner 20% de la population d’ici la fin de 2022.

Le continent connaît des pénuries de vaccins alors même que la grave troisième vague submerge les systèmes de santé et pousse les pays à instaurer des fermetures et à prolonger les couvre-feux pendant la nuit. L’augmentation actuelle des cas a été attribuée à un manque d’inoculation; le manque de respect des mesures de santé publique, telles que le port du masque et la distanciation sociale ; et la propagation de variantes plus contagieuses. Plus de 20 pays africains ont vu les cas augmenter de plus de 20% pendant au moins deux semaines, selon l’OMS, la variante Delta étant signalée dans 26 pays.

L’OMS a déclaré que les crises politiques dans plusieurs pays menacent de saper les efforts de vaccination et de lutte contre le virus. Cela inclut l’Éthiopie, où le conflit au Tigré devrait s’intensifier, et Eswatini, où des manifestations antigouvernementales meurtrières ont éclaté ce mois-ci. En Afrique du Sud, les pillages et les meurtres qui ont suivi l’emprisonnement de l’ancien président Jacob Zuma ont eu un impact négatif sur les efforts de vaccination dans la province orientale du KwaZulu-Natal, a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directeur Afrique de l’organisation sanitaire.

L’OMS et les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies ont déclaré que les livraisons de vaccins continueraient de s’intensifier. Outre les États-Unis, des millions de doses en provenance de l’Union européenne devraient arriver dans les prochaines semaines. Et la Grande-Bretagne a déclaré qu’elle commencerait à livrer neuf millions de doses du vaccin Oxford-AstraZeneca cette semaine à des pays dont le Kenya. La Chine a également augmenté ses promesses de vaccins envers l’Afrique ce mois-ci, envoyant des doses de Sinovac à des pays comme la Tanzanie et Ouganda. Covax a annoncé qu’il livrerait plus de 500 millions de vaccins à l’Afrique d’ici la fin de l’année.

Les vaccins atteignent maintenant des pays comme la Tanzanie, qui ne faisaient auparavant aucun effort pour sécuriser les doses et dont l’ancien président a minimisé la pandémie et déclaré que Dieu avait aidé à éliminer le virus.

Le samedi, la Tanzanie reçu plus d’un million de doses Johnson & Johnson des États-Unis. Mercredi matin, la présidente Samia Suluhu Hassan a reçu son vaccin contre le Covid-19, marquant le début de la campagne de vaccination du pays.

Au cours de la cérémonie, Mme Hassan a assuré le public de la sécurité des tirs et a exhorté les personnes vaccinées à continuer de suivre les mesures de santé publique.

“J’ai accepté d’être vaccinée aujourd’hui”, a déclaré Mme Hassan, “tout comme mon corps a été beaucoup vacciné depuis l’enfance.”

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page