News

Les manifestants tunisiens exigent le retour à l’ordre constitutionnel deux mois après la prise de pouvoir du président

Publié le: Modifié:

Plusieurs centaines de manifestants ont défilé samedi dans le centre de Tunis pour exiger un retour à la démocratie parlementaire après une prise de pouvoir en juillet par le président Kais Saied.

La marche a été étroitement organisée par les forces de sécurité au sol et par un drone de surveillance du ministère de l’Intérieur, ont rapporté des journalistes de l’AFP.

La plupart des manifestants étaient des partisans du parti d’inspiration islamiste Ennahdha, qui formait le plus grand bloc au parlement avant sa dissolution par le président.

« Le peuple veut l’échec du coup d’État », ont scandé les manifestants. « Nous voulons de la légitimité.

Le 25 juillet, Saied a limogé le gouvernement, suspendu le Parlement, levé l’immunité des législateurs et s’est chargé de toutes les poursuites.

Saied a renouvelé les mesures pour une deuxième période de 30 jours et n’a pas encore répondu aux appels à une feuille de route pour les lever.

“C’est une manifestation pour montrer qu’il y a des Tunisiens et des Tunisiens qui rejettent le coup d’État et les mesures prises par le président Saied”, a déclaré Jawhar Ben Mbarek, un éminent gauchiste parmi les manifestants.

Quelques dizaines de partisans de Saied ont organisé une contre-manifestation.

Saied insiste sur le fait que ses actions sont garanties par l’article 80 de la constitution, qui stipule que le chef de l’État peut prendre des « mesures exceptionnelles » en cas de « danger imminent » pour la sécurité nationale.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page