News

Ferdinand Omanyala : l’homme le plus rapide d’Afrique ne se laisse pas impressionner par l’ombre de l’interdiction passée des drogues

Bien qu’il ait terminé deuxième derrière Trayvon Bromell, le Kenyan Omanyala a établi samedi un nouveau record d’Afrique du 100 m

Ferdinand Omurwa Omanyala est peut-être désormais l’homme le plus rapide d’Afrique après avoir battu le record du 100 mètres du continent, mais le Kenyan admet qu’une interdiction de dopage en 2017 jettera une ombre sur son exploit.

Il a couru 9,77 secondes lors de la réunion Kip Keino Classic de samedi à Nairobi pour briser la barre des 9,85 secondes établie par le Sud-Africain Akani Simbine en juillet.

“Chaque fois que je cours ces temps rapides, les gens parlent, mais pour moi, il s’agit de moi-même – je ne cours pour personne d’autre”, a déclaré le joueur de 25 ans à BBC Sport Africa.

Son temps fait de lui le huitième homme le plus rapide de tous les temps, malgré sa deuxième place derrière l’Américain Trayvon Bromell qui a également établi un nouveau record personnel de 9,76.

Ayant commencé sa carrière d’athlète en 2016, Omanyala a purgé une interdiction de dopage de 14 mois en 2017 après avoir rendu un test de dépistage positif pour une substance interdite, qu’il dit être dans un analgésique qu’il a pris.

“Je me sentais victime des circonstances”, a-t-il expliqué. “C’était un analgésique, puis il s’est avéré qu’il contenait un stéroïde, et c’est (l’expérience) qui m’a façonné d’être la personne que je suis aujourd’hui.”

“Cela m’a donné de la résilience, m’a rendu plus fort – parce que c’est un défi qu’aucun athlète ne voudrait relever – et c’est une leçon que vous ne devriez pas prendre n’importe quoi et vous ne devriez pas faire confiance à n’importe qui en athlétisme.”

“Cela a été difficile mais pour moi, mais laissons le passé au passé. Nous pardonnons, oublions et passons à autre chose. Je suis ce gars qui vit dans l’instant. Cela a été un voyage difficile à partir de 2016 – des blessures, puis l’interdiction – mais tout cela appartient maintenant au passé. Nous créons l’avenir.”

“Aucune limite dans les possibilités”

Le Kenyan Ferdinand Omurwa Omanyala aux Jeux olympiques de 2020 à Tokyo
Ferdinand Omurwa Omanyala a établi à deux reprises un nouveau record national kenyan au 100 m aux Jeux olympiques de Tokyo

Omanyala insiste sur le fait qu’il peut aller encore plus vite et s’est fixé comme objectif moins de 9,70, ce qui n’a été atteint que par le légendaire Usain Bolt de la Jamaïque, son compatriote Yohan Blake et l’Américain Tyson Gay.

L’ancien joueur de rugby devenu sprinter pense qu’il peut aller encore plus vite que cela, et peut-être proche du record du monde de Bolt de 9,58 secondes.

“Il n’y a pas de limites dans les possibilités”, sourit-il.

Cette saison a été une percée puisqu’il a atteint les demi-finales du 100 m à ses premiers Jeux olympiques, tout en établissant un nouveau record kenyan de 10,00, l’un des cinq records personnels réalisés au cours des sept derniers mois.

“Je me suis amélioré à chaque course parce que j’ai couru tellement de compétitions cette année”, dit-il. “C’est ce que je vais faire l’année prochaine et je commencerai peut-être début mars. Donc d’ici juin, nous devrions nous attendre à des temps très rapides.”

En espérant inspirer

Le sprinteur américain Justin Gatlin
Le sprinteur américain Justin Gatlin espère que l’Afrique pourra produire plus de sprinteurs de classe mondiale à l’avenir

Dans un pays connu pour son éclat sur les moyennes et longues distances, Omanyala vise désormais à inspirer une future génération de sprinteurs kenyans.

“Ma plus grande prière est que dans les cinq prochaines années, nous aurons plus d’Omanyala, plus d’enfants capables de sprinter, car je suis le premier à avoir essayé de me frayer un chemin et d’atteindre le sommet”, a-t-il déclaré.

“Je sais qu’il y a beaucoup de gens qui peuvent sprinter vite, dans le football et le rugby, donc si nous pouvons avoir 10 sprinteurs, le Kenya aura accompli quelque chose.

“Ils croient maintenant que cela peut arriver parce que la plupart des gens qui se lançaient dans les sprints étaient découragés par leurs parents ou d’autres personnes disant” vous ne pouvez aller nulle part avec des sprints au Kenya “. Mais maintenant, les gens croient que cela peut être fait.

“Maintenant, je veux ouvrir un club de sprint et encourager les jeunes sprinteurs à s’entraîner et à voir où ils peuvent aller.”

L’ancien champion olympique et champion du monde Justin Gatlin est un homme qui pense qu’Omanyala, Simbine et des gens comme le Nigérian Enoch Adegoke, qui a atteint la finale olympique du 100 m, inspireront plus d’Africains.

L’Américain, qui a terminé juste derrière Omanyala samedi, a également souligné le succès des Africains dans les épreuves sur le terrain.

“Le talent du sprint en Afrique est formidable”, a-t-il déclaré à BBC Sport Africa.

“Le monde considère les athlètes africains comme de simples coureurs de fond, mais maintenant vous avez des lanceurs de javelot, des sauteurs, des sprinteurs, donc je pense que cela a montré au monde qu’il a plus que du talent à distance.

“C’est une grande chose à avoir. J’ai toujours pensé que l’Afrique a plus à donner au monde que ce qu’elle a déjà.”

Les dix hommes les plus rapides de l’histoire :

  • Usain Bolt (Jamaïque) – 9.58s
  • Tyson Gay (États-Unis) – 9.69s
  • Yohan Blake (Jamaïque) – 9.69s
  • Asafa Powell (Jamaïque) – 9.72s
  • Justin Gatlin (États-Unis) – 9.74s
  • Christian Coleman (États-Unis) – 9.76s
  • Trayvon Bromell (États-Unis) – 9.76s
  • Ferdinand Omanyala (Kenya) – 9.77s
  • Nesta Carter (Jamaïque) – 9.78s
  • Maurice Greene (États-Unis) – 9.79s
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page