Apple a déjà menacé d’interdire Facebook pour abus de femme de ménage au Moyen-Orient

Il y a deux ans, Apple a menacé de retirer Facebook et Instagram de sa boutique d’applications en raison de préoccupations concernant l’utilisation de la plate-forme comme outil pour échanger et vendre des femmes de ménage au Moyen-Orient.

Après avoir promis publiquement de sévir, Facebook a reconnu dans des documents internes obtenus par l’Associated Press qu’il « appliquait sous-estimé les activités abusives confirmées » qui a vu des femmes de ménage philippines se plaindre sur le site de médias sociaux d’avoir été maltraitées. Apple a cédé et Facebook et Instagram sont restés dans l’App Store.

Mais la répression de Facebook semble avoir eu un effet limité. Même aujourd’hui, une recherche rapide de « khadima » ou « femmes de chambre » en arabe fera apparaître des comptes rendus présentant des photographies d’Africains et d’Asiatiques du Sud avec des âges et des prix indiqués à côté de leurs images. C’est alors même que le gouvernement philippin dispose d’une équipe de travailleurs qui ne fait que parcourir les publications Facebook chaque jour pour essayer de protéger les demandeurs d’emploi désespérés des gangs criminels et des recruteurs sans scrupules utilisant le site.

Alors que le Moyen-Orient reste une source cruciale de travail pour les femmes d’Asie et d’Afrique qui espèrent subvenir aux besoins de leurs familles restées chez elles, Facebook a reconnu que certains pays de la région ont des problèmes de droits humains « particulièrement flagrants » en ce qui concerne la protection des travailleurs.

« Dans notre enquête, les travailleurs domestiques se sont souvent plaints à leurs agences de recrutement d’être enfermés chez eux, affamés, forcés de prolonger leur contrat indéfiniment, non payés et vendus à plusieurs reprises à d’autres employeurs sans leur consentement », lit-on dans un document Facebook. “En réponse, les agences leur ont souvent dit d’être plus agréables.”

Le rapport ajoute : « Nous avons également trouvé des agences de recrutement rejetant des crimes plus graves, tels que des agressions physiques ou sexuelles, plutôt que d’aider les travailleurs domestiques. »

Dans une déclaration à l’AP, Facebook a déclaré qu’il prenait le problème au sérieux, malgré la diffusion continue d’annonces exploitant des travailleurs étrangers au Moyen-Orient.

“Nous interdisons l’exploitation humaine en termes clairs”, a déclaré Facebook. “Nous luttons contre la traite des êtres humains sur notre plate-forme depuis de nombreuses années et notre objectif reste d’empêcher quiconque cherche à exploiter les autres d’avoir une maison sur notre plate-forme.”

Cette histoire, ainsi que d’autres publiées lundi, est basée sur des divulgations faites à la Securities and Exchange Commission et fournies au Congrès sous forme rédigée par l’ancien conseiller juridique de l’ancien employé de Facebook devenu dénonciateur Frances Haugen. Les versions expurgées ont été obtenues par un consortium d’organisations de presse, dont l’AP.

Dans l’ensemble, la mine de documents montre que la taille et la base d’utilisateurs impressionnantes de Facebook dans le monde – un facteur clé de son ascension rapide et de sa valorisation de près de mille milliards de dollars – s’avère également être sa plus grande faiblesse dans la lutte contre les activités illicites, telles que comme la vente de drogue et les violations présumées des droits de l’homme et du travail sur son site.

Les militants affirment que Facebook, basé à Menlo Park, en Californie, a à la fois l’obligation et probablement les moyens de réprimer pleinement les abus que leurs services facilitent, car il génère des dizaines de milliards de dollars de revenus par an.

« Alors que Facebook est une entreprise privée, lorsque vous avez des milliards d’utilisateurs, vous êtes effectivement comme un État et donc vous avez des responsabilités sociales de facto, que cela vous plaise ou non », a déclaré Mustafa Qadri, directeur exécutif d’Equidem Research, qui étudie le travail des migrants.

« Ces travailleurs sont recrutés et vont travailler dans des endroits comme le Golfe, le Moyen-Orient, où il n’y a pratiquement aucune réglementation appropriée sur la façon dont ils sont recrutés et comment ils sont traités lorsqu’ils se retrouvent dans les endroits où ils travaillent. Donc, quand vous mettez ces deux choses ensemble, vraiment, c’est une recette pour un désastre.

Mary Ann Abunda, qui travaille avec un groupe non gouvernemental de protection des travailleurs philippins appelé Sandigan au Koweït, a également mis en garde contre le danger que le site peut représenter.

“Facebook a vraiment deux visages maintenant”, a déclaré Abunda. “Oui, comme cela est annoncé, cela connecte les gens, mais c’est aussi devenu un havre de personnes et de syndicats sinistres qui attendent que votre moment faible se jette sur vous.”

Facebook, à l’instar des militants des droits humains et d’autres préoccupés par le travail dans tout le Moyen-Orient, a souligné le système dit de « kafala » qui prévaut dans la plupart des pays de la région. Dans le cadre de ce système, qui permettait aux pays d’importer de la main-d’œuvre étrangère bon marché d’Afrique et d’Asie du Sud alors que l’argent du pétrole gonflait leurs économies à partir des années 1950, les travailleurs trouvent leur résidence liée directement à leur employeur, leur sponsor ou « kafeel ».

Alors que les travailleurs peuvent trouver un emploi dans ces dispositifs qui leur permettent d’envoyer de l’argent chez eux, des sponsors sans scrupules peuvent exploiter leurs travailleurs qui n’ont souvent aucun autre recours légal. Des histoires de travailleurs dont les passeports ont été saisis, qui travaillent sans interruption et qui ne sont pas correctement payés ont longtemps fait ombrage à de grands projets de construction, qu’il s’agisse de l’Expo 2020 de Dubaï ou de la prochaine Coupe du monde FIFA 2022 au Qatar.

Alors que les États arabes du Golfe comme les Émirats arabes unis et le Qatar insistent sur le fait qu’ils ont amélioré les conditions de travail, d’autres, comme l’Arabie saoudite, exigent toujours que les employeurs approuvent le départ de leurs travailleurs. Pendant ce temps, les domestiques et les employées de maison peuvent se retrouver encore plus à risque en vivant seules avec des familles dans des maisons privées.

Dans les documents consultés par l’AP, Facebook reconnaît être conscient à la fois des conditions d’exploitation des travailleurs étrangers et de l’utilisation d’Instagram pour acheter et échanger des femmes de ménage en ligne avant même un rapport de 2019 du service arabe de la BBC sur la pratique au Moyen-Orient. Ce rapport de la BBC a déclenché la menace d’Apple, basé à Cupertino, en Californie, de supprimer les applications, citant des exemples de photos de femmes de chambre et leurs détails biographiques apparaissant en ligne, selon les documents.

Les ingénieurs de Facebook ont ​​découvert que près des trois quarts de tous les messages problématiques, y compris montrant des femmes de chambre dans des vidéos et des captures d’écran de leurs conversations, se produisaient sur Instagram. Les liens vers des sites de vente de domestiques affectaient principalement Facebook.

Plus de 60 % du matériel provenait d’Arabie saoudite, dont environ un quart d’Égypte, selon l’analyse Facebook de 2019.

Dans une déclaration à l’AP, le ministère saoudien des Ressources humaines et du Développement social a déclaré que le royaume « s’oppose fermement à tous les types de pratiques illégales sur le marché du travail » et que tous les contrats de travail doivent être approuvés par les autorités. Tout en restant en contact avec les Philippines et d’autres pays sur les questions de travail, le ministère a déclaré que Facebook n’avait jamais été en contact avec lui au sujet du problème.

“De toute évidence, les publicités illégales publiées sur les plateformes de médias sociaux rendent plus difficile le suivi et l’enquête”, a déclaré le ministère.

L’Arabie saoudite prévoit également bientôt “une grande campagne de sensibilisation du public” sur les pratiques de recrutement illégales, a ajouté le ministère.

L’Égypte n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

___

Gomez a rapporté de Manille, Philippines.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page